Accueil / Actualités / International / Hanes poursuit le déploiement de FuturMaster sur sa supply chain mondiale

International

Hanes poursuit le déploiement de FuturMaster sur sa supply chain mondiale

13.12.2018 • 10h15
|
A_1

Voxlog | Christophe Pecriaux (Hanes Intimate)

La multinationale américaine de prêt-à-porter témoignait, lors du Supply Chain Event, de la mise en place du logiciel FuturMaster pour répondre à son besoin de prévision d’offre et de la demande suite à son déploiement sur le marché européen fin 2014.

« La supply chain est un élément-clef pour Hanes car c’est là que nous allons chercher de la valeur », explique Christophe Pecriaux, forecasting manager pour l’Europe de l’Ouest d’Hanes Intimates. La société américaine HanesBrands, qui produit et commercialise plusieurs marques de sous-vêtements et de vêtements de sport, parmi lesquels Wonderbra, DKNY, Playtex et Dim, détient à ce titre la particularité de posséder sa propre chaîne d’approvisionnement plutôt que de sous-traiter cette partie. Tandis que son business historique était jusqu’alors concentré sur ses terres d’origine américaines, l’entreprise a dû, avec l’acquisition de Hanes Europe (anciennement DBApparel) fin 2014, repenser avec précision ses prévisions d’offre et de demande. Pour ce faire, elle s’est aidée de l’éditeur français de solutions APS FuturMaster. C’est sur cette expérience qu’était venu témoigner Christophe Pecriaux le 11 décembre 2018 sur le salon Supply Chain Event.

 

Des marchés à configuration différente

Après l’intégration d’Hanes Europe à son marché, un constat fait jour pour la multinationale : de nombreuses différences existent entre les deux zones géographiques, draguant avec elles de multiples challenges. D’un côté, un marché américain constitué de trois pays avec une forte part de ventes aux États-Unis, bénéficiant de l’Alena et disposant de deux langues communes ; de l’autre un espace constitué de 49 pays, dont 26 dans l’espace Schengen, plusieurs droits de douane et 23 langues officielles. Des deux côtés, les canaux de distribution diffèrent également : tandis qu’ils se résument à trois outre-Atlantique (Amazon, Target et Walmart), ils sont beaucoup plus nombreux sur le Vieux Continent, allant de la GMS au retail en passant par les pure players en ligne, les sites de marque, le hard discount… « Quand Hanes a intégré le business européen, il s’agissait donc d’adapter sa supply chain », poursuit Christophe Pecriaux. Le challenge tient également au marché spécifique du sous-vêtements et vêtements, Hanes étant amené à vendre environ 200 millions d’unités en Europe dont il s’agit de prendre en compte la saisonnalité, environ un tiers changeant tous les six mois.

 

Le déploiement de FuturMaster

Face à cette complexité, l’équipe Europe de l’Ouest décide de mettre en place un process similaire sur toute l’activité européenne, jusqu’alors planifiée séparément pays par pays, afin d’optimiser les bénéfices de la supply chain mondiale de Hanes. « Il existe deux manières de produire : vous pouvez soit faire du stock, avec des niveaux de stock cibles entreposés dans des centres de distribution et mis sur le marché, ou faire sur commandes pour produire des unités individuelles avant expédition. Nous avons décidé qu’une combinaison des deux fonctionnerait mieux pour nous en Europe », détaille Christophe Pecriaux. L’entreprise choisit alors de déployer le logiciel de prévision de la demande FuturMaster sur ce territoire afin de piloter les ventes et les projections. Une solution par ailleurs flexible puisqu’elle permet à chaque pays de proposer des gammes de produits localisées et affinées si cela est jugé plus rentable. « Avant la mise en place de ce projet, chaque pays en Europe avait sa propre solution FuturMaster. Nous avons choisi de poursuivre notre collaboration avec cet éditeur pour plusieurs raisons : d’une part, parce que nous le connaissions et savions qu’il était capable de nous accompagner dans ce changement. D’autre part parce ce qu’il nous proposait un des rares outils en mesure de gérer cette dualité de prévisions ». Les achats réguliers (slips, t-shirts) sont ainsi aujourd’hui principalement alimentés par le stock de réserve monde auprès des planificateurs centralisés tandis que les planificateurs locaux travaillent au développement des produits plus saisonniers destinés à l’Europe.


Suite au déploiement de cet outil, Hanes a observé une augmentation de la précision des prévisions : « Cela va faire 18 mois que nous avons mis en place la première partie de notre projet que nous sommes encore en train de déployer, notamment en Angleterre il y a deux mois. Nous avions l’ambition d’augmenter notre performance de prévision de 10 %. Aujourd’hui, nous avons atteint cet objectif pour certaines catégories de produits ». Enfin, les prévisions qui étaient auparavant transmises pays par pays et étaient amenées à beaucoup évoluer, sont aujourd’hui intégrées à un processus centralisé européen, ce qui a permis de « stabiliser le signal » : « Nous avons réduit de quasiment 49 % les variations de prévision envoyées à la supply chain », termine Christophe Pecriaux.

BUZZ LOG
“La cybersécurité est aussi une question d'organisation en entreprise et de communication. Avant de parler de solutions techniques, il faut sensibiliser les équipes.”
— Brice Gilbert, ingénieur confiance numérique pour l'Afnor
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine