Accueil / Actualités / Transversal / France Logistique sur les rails

Transversal

France Logistique sur les rails

09.01.2020 • 10h45
|
A_1

France Logistique

Construite sur un dialogue entre pouvoirs publics et acteurs de la filière, la plateforme associative France Logistique a été lancée le 8 janvier 2020 en présence du secrétaire d’État aux transports Jean-Baptiste Djebbari. Présidée par Anne-Marie Idrac, la nouvelle organisation vise avant tout à améliorer la compétitivité de la filière logistique en France.

Remis le 16 septembre 2019 au Premier ministre Edouard Philippe, le rapport Hémar-Daher sur la compétitivité logistique française préconisait la création d’une plateforme dédiée à la filière. C’est chose faite avec le lancement de France Logistique le 8 janvier 2020, à l'occasion de son premier conseil d’administration. Cette plateforme associative, présidée par l’ancienne ministre et ex-présidente de la RATP et de la SNCF Anne-Marie Idrac, vise à coordonner l’ensemble des acteurs de la chaîne logistique en lien avec les pouvoirs publics, en portant une vision et une voix unifiée, tout en faisant émerger des solutions concrètes. Alors que la France se situe actuellement au 15e rang du classement Logistics Performance Index 2018 de la Banque mondiale, derrière l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique, il s’agit de faire revenir l’Hexagone dans le top 10 mondial. « Nous souhaitons certes avoir des résultats concrets, mais surtout une vision, quelque chose qui puisse s’afficher, et qu’à chaque fois que des décisions soient prises, elles jalonnent un chemin qui voit loin », déclarait à cette occasion la présidente de l’association.

 

Cinq champs d'action majeurs

Anne-Marie Idrac a indiqué les cinq champs d’action prioritaires visés. Tout d’abord : favoriser la compétitivité « de manière offensive en termes d’attractivité et d’image, et défensive par rapport à nos concurrents ». Cela passe notamment par une optimisation des formalités et des contrôles aux frontières pour les opérateurs, mais également par une fiscalité « plus prévisible », et un ajustement des modalités de modernisation et de création des entrepôts aux voisins européens. « Nous travaillons à la mise en place d’un baromètre avec ses critères, d’ici la fin de l’année », détaille la présidente. Deuxième objectif : celui de contribuer à la transition énergétique de l’ensemble de la filière logistique et transport, en cohérence avec l’action publique. « Comment faire par exemple pour diminuer l’artificialisation des sols ou être plus efficace dans la production d’énergie solaire ». Troisième champ d’action : améliorer l’image de la filière, accompagner l’évolution de ses métiers et de ses compétences, avec « la perspective d’une véritable GPEC [gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences] d’ici 2021 ». Quatrième priorité : « Faire émerger de nouveaux modes d’organisation pour la logistique urbaine ». Un objectif requérant une coordination public/privé pour concilier livraison opérationnelle et développement durable dans un espace urbain où se créent de nouveaux modes d’organisation logistique. Enfin, dernier élément, la « participation à la planification logistique du territoire, en définissant avec les pouvoirs publics des schémas d’organisation territoriaux ».

A_2
Anne-Marie Idrac, présidente de France Logistique

Un dialogue public/privé

Pour répondre à ces enjeux, France Logistique se veut une plateforme faisant le lien entre la filière et les administrations gouvernementales. Financée par ses adhésions, l’association  s’appuiera sur un comité scientifique spécialiste du secteur et intégrera des organisations et fédérations professionnelles, des entreprises du secteur (transporteurs et logisticiens) ainsi que des représentants des clients industriels. Des entreprises adhérentes que la présidente souhaite « de toutes tailles » et dont six d’entre elles devraient par ailleurs siéger au conseil d’administration. L’objectif étant d’instaurer un dialogue avec les pouvoirs publics à travers un Comité exécutif logistique.

 

Ce Comex, qui associe la DGITM (Direction générale des infrastructures des transports et de la mer), la DGE (Direction générale des entreprises), France Logistique à travers sa présidente, ainsi que diverses personnalités qualifiées, aura pour missions d’étudier, d’élaborer et de veiller à mise en œuvre des décisions concernant l’ensemble de la filière. Il se réunira sur un rythme mensuel aidé par deux chargés de mission dédiés (Olivier Boulnois pour la DGITM et Eric Berner pour le moment à la DGE) pour ensuite proposer et rapporter des décisions lors des comités interministériels de la logistique (CILOG). « Nous pensons que cette structuration va permettre de mieux travailler avec les grandes filières. Son enjeu est double : à court terme sur la mise en place de mesures très concrètes, et à moyen ou long terme, pour nous permettre d’avoir cette vision unifiée, en particulier sur trois champs : le numérique, la transition écologique et les compétences », estime Thomas Courbe, directeur général des entreprises (DGE) tandis que Marc Papinutti, directeur général des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) évoque « l’engagement total » de sa direction dans cette initiative. Une implication partagée par les différents acteurs présents ce jour-là à l’image de Jacques Creyssel, président de la Fédération internationale du retail, jugeant qu'il « serait bien que d’autres secteurs s’en inspirent », tandis que Philippe Barbier, président de la Confédération française du commerce de gros, « enchanté de l’initiative prise », se réjouissait qu’elle conduise « à arrêter de travailler en silo et de manière fragmentée ».


Prochaines étapes après la première réunion du Comex le 15 janvier 2020 : la tenue d'un CILOG lors du premier trimestre sous la présidence du Premier ministre, avec l’annonce d'actions prioritaires, avant un point d’étape sur le plan d'action fin juin et une présentation aux adhérents des objectifs de l’année 2021 au troisième trimestre.

 

Légende photo principale, de gauche à droite : Herbert de Saint Simon, président de TLF Overseas ; Eric Hémar, président de l’Union TLF ; Aline Mesples, présidente de l’OTRE ; Jean-Christophe Pic, président de la FNTR ; Marc Papinutti de la DGITM ; Anne-Marie Idrac, présidente de France Logistique, Thomas Courbe de la DGE ; Patrick Daher, PDG du groupe Daher ; Isabelle Braun-Lemaire : DGDDI ; Claude Samson : Président de l’Afilog ; Denis Choumert, président de l’AUTF.

E_1
Jean-Baptiste Djebbari évoque les défis à venir

Le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari salue la naissance de la plateforme France Logistique et aborde les grands enjeux à relever par la filière, qu'ils portent sur l'intermodalité, sa digitalisation, sa transition écologique ou encore son pouvoir d'attraction auprès du jeune public.

« Ce premier conseil d’administration de France Logistique marque le début d’un renouveau pour une chaîne logistique française adaptée au XXIe siècle, plus écologique, plus compétitive et attractive », déclarait le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari à l’occasion du lancement de France Logistique le 8 janvier 2020. Soulignant le manque jusqu’alors « d’une vision globale pour un secteur aussi essentiel », celui-ci a salué « le sérieux de la réponse » apportée suite à l’appel du Premier ministre le 16 septembre 2019 lors de la remise du rapport Hémar-Daher. Évoquant les défis à venir, Jean-Baptiste Djebbari a insisté sur le renforcement de l’intermodalité : « Traiter les flux passera par une massification entre les portes d’entrée et de sortie de notre pays. C’est une des priorités du ministère des transports et cela passe par le renforcement des infrastructures ou leur remise à niveau. C’est aussi placer l’intermodalité au cœur des stratégies des grands opérateurs avec la stratégie nationale portuaire (…) et c’est évidemment prendre en compte les ruptures du numérique qui sont en train d’être opérées dans vos métiers. L’État sera à vos côtés en accompagnant le déploiement des documents de transport numérisés et en encourageant l’interopérabilité de ces données », a-t-il poursuivi. Deuxième défi abordé, celui du dernier kilomètre avec la logistique urbaine et son corollaire de pollution et de congestion urbaine : « Répondre à ce défi nécessite évidemment de comprendre finement les flux qui la composent et de construire autour de France Logistique un tiers de confiance auquel ses membres confient leurs données transport pour bâtir avec les pouvoirs publics les modélisations de flux urbains qui nous manquent actuellement », a jugé le secrétaire d'État, estimant par ailleurs que la gestion du dernier kilomètre devait passer par une réflexion collective pour une plus grande cohérences de réglementations locales afin de parvenir « à des règles de circulation et de stationnement qui conjuguent efficacité pour les professionnels et acceptabilité pour les citoyens ».

 

Transition écologique et formation

Troisième enjeu, celui de la transition écologique, passant par le verdissement des flottes de transport. Un secteur routier pour lequel l’engagement « ne peut aller sans stabilité fiscale et sans visibilité à moyen terme », juge Jean-Baptiste Djebbari s’engageant à ce que l’État accompagne la filière. « La transition écologique c’est aussi l’affaire des entrepôts : la loi énergie-climat donne l’objectif de couvrir 30 % de la surface des toits des nouveaux entrepôts avec les panneaux solaires. Cette transition n’est pas une contrainte de plus, c’est une opportunité économique à saisir, un nouveau gisement de compétitivité », poursuivait-il, avant de terminer sur l’importance à accorder à la formation, avec la nécessité de comprendre les compétences nécessaires au secteur pour y attirer les jeunes talents. Une sensibilisation qui pourrait passer par le SNU (service national universel). « Je souhaite que nous élaborions avec France Logistique un plan compétences pour activer tous les leviers possibles de la formation professionnelle mais aussi de l’enseignement », concluait-il.

BUZZ LOG
“Il existe chez les PME beaucoup d’opportunités pour aller vers une automatisation simple, offrant de la performance et de la productivité. Il n’y a pas de concept unique autour de ce sujet.”
— Julien Calloud, président de Jungheinrich France
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine