Accueil / Actualités / Innovation / Stuart teste un entrepôt mobile à Paris

Innovation

Stuart teste un entrepôt mobile à Paris

21.04.2021 • 10h23
|
A_1

Stuart

Espérant réduire diverses nuisances, la Ville de Paris soutient un projet innovant d'entrepôt mobile imaginé par Stuart. Si l'expérience marche, le modèle pourrait se multiplier dans la capitale.

La plateforme de livraison express Stuart mène une expérience avec la Ville de Paris consistant à déployer un entrepôt mobile pour des opérations de logistique urbaine. Intéressée par la potentielle réduction des nuisances, la Mairie du 15e arrondissement a accordé un emplacement public : « L’initiative de Stuart nous semble particulièrement opportune à un moment où la dimension environnementale est plus prégnante que jamais et où l’usage des mobilités actives, particulièrement adaptées à la livraison du dernier kilomètre dans une ville aussi dense que Paris, cumule des avantages (décongestionnement des rues, absence d’émissions de CO2, silence…) que tous réclament désormais », explique Philippe Goujon, maire du 15e arrondissement de Paris.


Un véhicule ayant entre 12 et 20 m³ de volume stationnera sur la zone dédiée. Il confiera les colis à des vélos équipés de remorques électrique K-Ryole, lesquels effectueront ensuite des tournées de livraison dans les zones environnantes. Ainsi réalisée, la livraison du dernier kilomètre devient moins polluante et plus silencieuse, au bénéfice des citadins. « Ce modèle permet de limiter radicalement le nombre de véhicules de livraison encombrants circulant dans Paris, en rapprochant au maximum les marchandises de leur lieu de destination », ajoute Damien Bon, CEO de Stuart. Si l'expérience s'avère concluante, ce modèle de livraison urbaine pourrait se développer dans le 15e arrondissement de Paris et au-delà.


Placer la logistique au cœur des villes

L'expérimentation de Stuart s'inscrit dans une réflexion plus large sur la livraison urbaine, qui, selon l'entreprise, est responsable de 25 % des émissions de carbone à Paris, et de 15 à 20 % du trafic routier. Dans ce contexte, il s'agit donc de penser de nouveaux modèles, comme le concept de « la ville du quart d’heure », où tout ce dont on a besoin se trouverait à moins de 15 minutes de chez soi. « La crise sanitaire nous a permis de tester de nouvelles approches et de sophistiquer notre modèle de logistique urbaine en travaillant de manière extrêmement réactive et main dans la main avec nos clients partenaires et les pouvoirs publics », explique Damien Bon, CEO de Stuart.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine