Accueil / Actualités / Transversal / 50 000 milliards de dollars : le prix pour décarbonner les PME, selon HSBC et BCG

Transversal

50 000 milliards de dollars : le prix pour décarbonner les PME, selon HSBC et BCG

28.10.2021 • 10h00
|
A_1

HSBC

Un rapport produit par HSBC et Boston Consulting Group prévoit qu'il faudrait débourser 50 000 milliards de dollars pour que les PME opèrent leur transition écologique à l'échelle mondiale. Les deux entreprises fournissent des clés aux PME pour réussir ce challenge.

La banque HSBC et Boston Consulting Group (BCG) ont mené une étude estimant qu'entre 25 000 à 50 000 milliards de dollars d’investissements seraient nécessaires pour rendre les chaînes d’approvisionnement des PME neutres en carbone au niveau mondial. Il faut reconnaître que d'après l'analyse, celles-ci représentent près de 80 % des émissions totales de carbone du monde. Un objectif difficile, car les PME ont généralement moins d'expertise climatique interne que les grands groupes et un accès plus limité aux capitaux pour conduire et financer cette transition écologique.


Néanmoins, pour atteindre cet objectif ambitieux, les deux sociétés comptent sur la recherche, les gouvernements qui devront mettre en place des mesures incitatives, les organismes industriels et les ONG pour diffuser les connaissances et les ressources, les consommateurs qui devront accepter des compromis sur le prix et changer leurs habitudes, ainsi que les banques qui devront financer la transition, s'associer à des clients sur des programmes de financement de la chaîne d'approvisionnement durable afin de réduire le coût d'emprunts pour les PME, et travailler plus avec les gouvernements et les banques de développement pour des partenariats public-privé afin de pouvoir financer davantage. Enfin, HSBC et BCG déclarent qu'il faut transformer les PME pour atteindre cet objectif. L'étude propose une feuille de route pour cette transformation.


Sept principes pour la transition écologique

La feuille de route produite par HSBC et BCG s'est inspirée de l'analyse des secteurs de l'automobile et du textile. Les deux sociétés la préconisent à toutes les entreprises pour leurs chaînes d’approvisionnement. Sept principes sont proposés : repenser la conception des produits à la base et non plus optimiser les processus déjà existants ; favoriser la collaboration pour aider les PME les plus petites le long de la chaîne d'approvisionnement ; développer les capacités nécessaires au changement ; investir dans la technologie avec une étroite collaboration entre la science, l'industrie et la finance ; créer des systèmes capables de collecter des données opérationnelles tout au long de la chaîne ; penser les politiques et les normes de manière globale ; et pallier le manque de financement en offrant aux banques un accès à des mécanismes pour faire équipe ou co-investir avec des entreprises.

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine