media supply chain
et logistique

International

Guerre en Ukraine et supply chain : le témoignage de FM Logistic

Quelles conséquences le conflit en Ukraine entraine-t-il pour les supply chains européennes ? Cyrille Gibot, responsable communication externe de FM Logistic, fait le point sur la situation chez le prestataire français au 1er mars 2022.

Publié le 1 mars 2022 - 13h08
A_1

FM Logistic

Quels sont d'ores et déjà les impacts du conflit pour votre activité ?

Nous mettons en œuvre une série de mesures de précaution dans un contexte extrêmement volatil. Nous sommes en contact régulier avec nos collaborateurs en Ukraine. À ce jour, tous sont à l’abri et c’est notre préoccupation numéro un. Nous apportons une assistance pratique à ceux de nos collaborateurs qui ont quitté le pays. Sur le plan opérationnel, nous avons suspendu la quasi-totalité de nos services en Ukraine, à l’exception de la livraison de cathéters à des hôpitaux et d’une poignée de livraisons de produits de première nécessité à la demande de clients distributeurs. La plupart de nos clients ont suspendu leurs opérations à l’intérieur ou vers le pays. En Russie, nos sites sont opérationnels. Le transport international reste possible, mais il est plus lent et coûteux. Nous recevons des demandes de nos clients que nous traitons. En Europe centrale, nous continuons de fonctionner normalement. Nous avons cependant prévenu nos clients de retards possibles. Pour mémoire, de nombreux chauffeurs routiers sont Ukrainiens. C’est aussi le cas des personnes qui travaillent dans les centres logistiques.

 

Quels sont les risques à craindre dans le futur ?

Nous développons des plans de contingence sur la base de plusieurs scénarios, sur lesquels nous ne nous étendrons pas à ce stade. Notre préoccupation immédiate concerne la sécurité de nos collaborateurs. Et nous observons déjà, comme tous les acteurs économiques, les conséquences de la hausse des prix de l’énergie et de l’affaiblissement du rouble. Nous suivons de très près l’évolution des décisions internationales et des autorités russes.

 

Une crise de ce type confirme-t-elle la nécessite de mettre en place des supply chains plus résilientes, intégrant les réalités géopolitiques ?

C’est un choc de plus pour les chaînes d’approvisionnement internationales. Les entreprises envisageaient ou mettaient déjà en œuvre des stratégies de rapprochement partiel de leurs produits des centres de consommation. Cette démarche est appelée à s’intensifier.

 

 

à lire aussi