Accueil / Actualités / Mobilités / Le transport fluvial de marchandises fait le bilan d'une année 2021 portée par la croissance

Mobilités

Le transport fluvial de marchandises fait le bilan d'une année 2021 portée par la croissance

01.06.2022 • 15h51
|
A_1

VNF/Alexandra Lebon

VNF présentait fin mai les chiffres du trafic de marchandises par voie fluviale en 2021. Les résultats sont en hausse de 3,1 % en termes de volumes par rapport en 2020, soit l'équivalent de 2 625 000 camions en moins sur les routes.

Le 31 mai 2022, Voies navigables de France (VNF) présentait ses chiffres annuels du trafic de marchandises par voie fluviale. Et le bilan de 2021 est plutôt positif, avec 52,5 millions de tonnes transportées l'an passé, soit une hausse de 4 % en tonnes-kilomètres (t-km) et de 3,1 % en matière de volume. Ce qui représente pas moins de 2 625 000 camions évités sur les routes.

 

Une reprise de fond pour l'activité fluviale

Cette croissance est permise principalement par les matériaux de construction qui représentent près de la moitié des volumes, avec 23,7 millions de tonnes transportées, en hausse de 16,8 % par rapport à 2020, dépassant son niveau d'avant-crise et atteignant un trafic inédit depuis 1992. Marquée par la crise sanitaire, 2020 avait été une période de recul pour l'activité de ce segment (-10,7 % en volume). Le dynamisme récent, malgré des volumes céréaliers pourtant en baisse, est donc une tendance très positive, comme l'explique Thierry Guimbaud, directeur général de VNF : « Ces résultats nous confortent dans la reprise de fond de l’activité fluviale. Malgré une longue période de crise, nous continuons de voir de plus en plus de chargeurs et d’acteurs se tourner et s’intéresser au transport fluvial. Le réseau fluvial est fluide et non saturé, il pourrait accueillir jusqu’à quatre fois plus de trafic sur certains axes comme la Seine ou le Rhône. Il est sous-exploité alors qu’il est le mode de transport de fret le plus écologique. Il est urgent de booster le report modal ».

Dans le détail, le trafic intérieur affiche une croissance de 6,5 % en t-km et 5 % en volume (29,6 millions de tonnes). Les importations augmentent de 1,9 % en t-km et 3,7 % en tonnage, tandis que les exportations chutent de 2,9 % en t-km et de 1,7 % en volume, à cause des résultats de la campagne céréalière. En effet, le secteur agricole baisse de 12,7 % en t-km et de 9,7 % en volume en 2021 avec 12 millions de tonnes transportées. La métallurgie a, de son côté, connu un rebond en 2021 (+ 16 % en volume) via l’augmentation des trafics sur la Seine et les exportations vers l’Allemagne, tandis que la chimie et les engrais croissent de 29,7 % en volume (avec 4,3 millions de tonnes transportées). Enfin, l'énergie se stabilise à +2,3 % de volumes transportés tandis que le transport de conteneurs et de colis lourds enregistre + 3,4 % en nombre d'EVP.

 

Une croissance dans l'ensemble des bassins fluviaux

S'il représente 3 % du trafic national de marchandises, le réseau fluvial doit être comparé non pas avec l'ensemble du territoire français, mais avec les zones géographiques où il peut être déployé. « Si l’on regarde à périmètre égal, sur les départements traversés par un réseau fluvial à grand gabarit, permettant de transporter une très grande quantité de marchandises, la part modale du fluvial est plutôt de l’ordre de 10 à 30 % en t-km », souligne Thierry Guimbaud. Ainsi, dans le bassin de la Seine, le trafic grimpe de 8,2 % en t-km en 2021 et de 3,3 % en volume, avec une belle croissance des matériaux et de la filière métallurgique. Deuxième bassin en termes de volume, le Rhin enregistre 10,8 millions de tonnes transportées et 915 millions de t-km en 2021, malgré des crues importantes l'été dernier qui ont perturbé les flux, avec des croissances fortes dans les domaines de la métallurgie (+ 15 % en t-km et + 10,5 % en tonnage), via le transport de déchets et de ferrailles au départ de Strasbourg, et la chimie (+ 5,7 % en t-km et + 13,6 % en volumes). Les Hauts-de-France affichent une croissance de  7,1 % en t-km et 12,3 % en tonnages, grâce aux filières des matériaux de construction et de la chimie. Enfin, le bassin mosellan enregistre une hausse de 7,2 % en t-km de 3 % en volume.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine