Accueil / Actualités / Entrepôts / Chariots sans volant, nouvelles gammes... : Fenwick-Linde dévoile ses nouveautés

Entrepôts

Chariots sans volant, nouvelles gammes... : Fenwick-Linde dévoile ses nouveautés

28.06.2022 • 09h56
|
A_1

Voxlog | Le Steer Control version mini-volant/molette

À l’occasion de son évènement biennal World of Material Handling, se déroulant fin juin 2022 à Mannheim en Allemagne, le constructeur a dévoilé de nombreuses nouveautés. Parmi lesquelles le Linde Steer Control, nouveau système de conduite de chariots logistiques qui remplace le volant par une molette ou un joystick.

Un évènement qui avait valeur de retrouvailles. Fin juin 2022 se déroulait à Mannheim, en Allemagne, la quatrième édition du World of Material Handling, grand salon organisé tous les deux ans par Fenwick-Linde pour présenter ses solutions intralogistiques. Un temps fort attendu depuis quatre ans, l’édition 2020 ayant été annulée suite à la crise sanitaire : « Nos sujets principaux ne sont pas si différents qu’en 2018, mais ont beaucoup évolué. Le changement le plus notable, c’est le rôle crucial qu’ont pris les supply chains dans le contexte de la pandémie. Notre monde est de plus en plus complexe et rapide, et c’est notre rôle d’aider nos clients à gérer cette incertitude, grâce à un portefeuille complet de solutions qui démontrent notre compréhension des process dans les sites logistiques », explique Stefan Prokosch, senior vice-président pour la gestion de la marque chez Linde Material Handling. L’occasion donc pour le constructeur de dévoiler, sur un espace de 17 000 m² et pendant neuf jours, toutes ses machines récentes, dont certaines sont déjà sur le marché depuis quelques années, tandis que d’autres seront bientôt commercialisées. « Nous n’avions pas eu l’occasion par exemple de présenter physiquement nos nouveaux chariots électriques de gamme X, qui proposent des performances égales à celles de chariots aux carburations classiques. Nous avons déjà vendu plus de 10 000 unités de cette gamme. Les demandes du marché sont de plus en plus exigeantes, et nous voulons êtes à la pointe en matière d’innovation, pour offrir de vrais avantages économiques, ergonomiques, de productivité et de sécurité », explique Stefan Prokosch. Une gamme de véhicules que l’entreprise déclinait sur place aux côtés de ses partenaires et filiales : matériel de sécurité A-Safe, rayonnage pour charges lourdes Bito, solutions automatisées AutoStore distribuées par Dematic, pesage mobile avec Ravas...

A_2

Remplacer le volant pour plus de confort de conduite

Nouveauté principale de l’évènement, le Steer Control, un nouveau système de conduite pour chariot qui se passe d’un volant classique. Concrètement, ce système électro-hydraulique permet au cariste de commander la direction de son chariot directement via un mini-volant ou un joystick, pilotable avec sa main gauche posée sur un accoudoir. Une nouvelle façon de conduire le véhicule, inspirée de ce qui peut se faire sur les pelleteuses et les grues, et que Fenwick-Linde proposera en option (à un prix de 2 000 euros). Son objectif : offrir une meilleure qualité de vie au travail aux équipes en évitant les mouvements répétitifs du volant, tout en améliorant la visibilité grâce à l'absence de ce dernier dans le champ de vision de l'opérateur. Le constructeur avait entamé le développement de cette technologie il y a plusieurs années, réalisant des tests avec de nombreux personnels logistiques. « Les opérateurs s'habituent à cette nouvelle manière de conduire en l’espace d’une journée, et deviennent parfaitement opérationnels au bout d’une petite semaine, aussi bien pour le format joystick que mini-volant. Et les apports sont réels, avec une réduction des mouvements articulaires de l’épaule de 25 %, et du coude de 45 % par rapport à un volant traditionnel », explique Stefan Prokosch.

 

La solution est basée sur un système de direction électrique, avec des actionneurs hydrauliques. De quoi permettre plus de précision dans la conduite, puisque la direction peut réagir plus ou moins sensiblement selon la vitesse (si le chariot va vite, on doit davantage tourner le mini-volant ou incliner le joystick pour braquer les roues). « Maintenant, il faut convaincre. Nous allons laisser des chariots équipés de cette technologie à nos clients pendant quelques jours afin qu’ils puissent la découvrir. Le futur de l’intralogistique va devoir faier avec la rareté de conducteurs et de personnels en entrepôt : leur offrir plus de confort est aussi un moyen de faire venir des gens vers ces métiers, ce que nous faisons avec le Steer control, et plus généralement avec nos innovations en termes d’ergonomie des chariots », détaille Stefan Prokosch. Le Steer Control est disponible pour des chariots électriques de 2 à 3,5 tonnes.

 

Des véhicules toujours plus connectés

Fenwick-Linde a également présenté sur place sa nouvelle gamme de véhicules E100-E180, des 10 à 18 tonnes électriques qui visent la performance et la sécurité pour des entreprises issues des secteurs du bois, de l’acier ou de la pierre, ainsi que de la boisson. Ces chariots utilisent aussi bien des batteries acides que lithium-ion, et peuvent passer d’une technologie à l’autre sans modifier la structure du véhicule. Le lithium-ion, plus cher, est recommandé pour les utilisations intensives là où l’acide est plutôt réservé pour les usages ponctuels. Le E180 peut ainsi déplacer 18 tonnes et atteindre une vitesse de 20 km/h en dix secondes. La nouvelle série de transpalettes électriques T14 - T20 a aussi été présentée, avec sa batterie lithium-compacte qui permet de réduire la longueur du chariot de 4 %, afin de mieux évoluer dans des environnements étroits ou des espaces urbains. Avec trois roues porteuses, ces transpalettes réduisent le niveau sonore en ville. Ceux-ci visent d’ailleurs la certification Piek (pour la diminution du bruit engendré par les livraisons de nuit), utilisé dans certaines métropoles comme celle de Paris.

 

Des nouveautés que Fenwick-Linde souhaite de plus en plus connectées, en s’appuyant sur une nouvelle architecture logicielle pour l’ensemble de ses véhicules, avec un grand degré de paramétrabilité selon les utilisations. « Pour permettre cela, nous créons véritablement un jumeau numérique du chariot, véritable double du véhicule dans un cloud sécurisé, qui réunit toutes les données mesurées par plus de deux capteurs. Cela nous permet de suivre la vie d’un véhicule et de s’occuper de sa maintenance à distance, ce qui facilite le travail au quotidien. Et nous voulons aller plus loin, en connectant, à terme, les batteries, les chargeurs et les piles à combustible, afin d’avoir une vue holistique pour l’optimisation des process », explique Stefan Prokosch.

 

 

A_3

L'électrique continue sa progression

L’évènement était d’ailleurs l’occasion pour Fenwick-Linde de présenter ses solutions en matière d’énergie. Tout d’abord du côté des diesels verts avec le HVO, diesel enrichi avec de l’huile végétale réutilisée, disponible sur certains types de chariot. Une offre ayant des performances relativement comparables à un diesel standard, mais présentant un léger surcoût. Mais Fenwick-Linde note surtout que la tendance vers les motorisations électriques se poursuit. « Les chariots thermiques seront un produit de niche dans quelques années. Toute notre gamme est électrique maintenant, de 1,4 jusqu’à 18 tonnes, pour des utilisations simples ou des charges très lourdes. C’est la raison pour laquelle nous avons créé une entreprise conjointe avec Kion Battery System, afin d’être fournisseur de service et d’équiper nos chariots avec nos propres batteries lithium-ion », indique Stefan Prokosch. Du côté de l’hydrogène, Fenwick-Linde a souligné son fort intérêt pour cette énergie « Celle-ci est trop chère pour le moment - à 11 euros du litre -, nécessite beaucoup d’infrastructures et manque encore de fournisseurs sur le terrain, mais ces problématiques étaient les mêmes pour l’électrique il y a 15 ans. Aujourd’hui, 18 % de nos véhicules sont prêts pour l’hydrogène, et nous allons poursuivre dans ce sens. Pour comprendre les impacts en termes d’infrastructure, nous avons décidé de construire une pompe sur notre usine de Aschaffenburg ». Le constructeur est également en train de créer une station de recherche sur l’hydrogène.

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine