Accueil / Actualités / Prestataires / Fives Syleps dévoile ses solutions robotiques à Martillac

Prestataires

Fives Syleps dévoile ses solutions robotiques à Martillac

28.06.2022 • 12h18
|
A_1

Fives

L'inauguration du site de Fives Syleps à Martillac en Gironde le 23 juin dernier était l'occasion pour la filiale du groupe spécialiste de l'ingénierie industrielle de mettre en avant ses solutions automatisées et robotisées, en présentant pour la première fois son nouveau dépalettiseur de colis hétérogènes.

Un bâtiment niché dans un écrin de verdure au sein du centre Technopole Bordeaux Montesquieu à Martillac (33). Une marque rose discrète sur la façade rappelle l’appartenance au groupe Fives, dévoilant que se cache derrière ces murs une ingénierie industrielle fine. Ces locaux, inaugurés le 23 juin 2022, sont ceux de Fives Syleps, l’une des 12 filiales du groupe Fives, issue de Smart Automation Solutions, l'une de ses trois divisions (avec High Precision Machines et Process Technologies). Fives Syleps, qui a rejoint le groupe en 2017, conçoit des solutions de tri, stockage, préparation de commandes et de manutention automatisées et robotisées pour les flux logistiques de l’agroalimentaire (Syleps étant le résultat de la fusion de Sydel et Sedep en 2014). L’inauguration du site de Martillac, dédié à la robotique et la transitique palettes, était l’occasion pour l’entreprise de dévoiler ses dernières solutions automatisées et robotisées pour la dépalettisation et la palettisation de colis hétérogènes.


Lieu de robotique, automatisation et transitique palettes

« Le site bordelais de Fives Syleps était basé à Ayguemorte-les-Graves et nous souhaitions leur donner le moyen de poursuivre le développement de solutions innovantes. Des locaux ont été recherchés et voilà un an que nous nous sommes installés ici, à Fives Martillac, détaille Yemna Akbache, directrice générale de Fives Syleps. L’objectif était de donner les meilleures dispositions pour développer des solutions propriétaires focalisées sur la robotique et l'automatisation, mais également la transitique palettes ». Résultat de 4 millions d’euros d’investissements, le nouveau site s’étend sur 3 000 m² de bâtiment, dont 2 100 m² d’ateliers avec une capacité d’extension de 100 % et accueille 45 collaborateurs. « Fives est assez méconnu sur ce secteur particulier de la robotique. Pour nous, c’est vraiment l’occasion de le mettre en lumière au travers de ces nouveaux locaux », poursuit Yemna Akbache. Une mise en lumière pour une société qui a enregistré 56,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, compte aujourd’hui plus de 290 collaborateurs et 250 unités de production et entrepôts logistiques en Europe. « Nous avons un taux de croissance assez significatif avec une augmentation annuelle de 20 % sur les sept dernières années, même si nous sommes actuellement un peu ralentis par des contraintes extérieures », stipule Xavier Duquesne, président de Fives Intralogistics France. Comme beaucoup, l’entreprise fait face à certaines pénuries, pas tant sur les matières premières (« La mécanique, les aciers, les aluminiums, nous arrivons à nous débrouiller », indique Thierry Boisnard, directeur de Fives Syleps) mais sur le segment électricité et électronique ainsi que sur la partie motion control : moteurs, variateur de vitesse. « Bien évidemment, pour assurer la croissance et faire face aux enjeux de notre industrie, l’entreprise s’adapte en permanence, revoit ses locaux, ses outils et investit aussi beaucoup en innovation, notamment dans la robotique qui est le cœur de la révolution industrielle actuelle avec la digitalisation des process. C’est vraiment l’expertise du site de Martillac que de concevoir des solutions innovantes à partir de robotique et de les produire », poursuit Xavier Duquesne.

 

Le dépalettiseur de colis hétérogènes en avant-première mondiale

Et à l’occasion de son inauguration, le site de Martillac présentait plusieurs de ses solutions. Parmi elles, le « dépalettiseur de colis hétérogènes », une innovation propice au secteur du e-commerce et dévoilée en avant-première. Capable de traiter des colis de 200 g jusqu’à 40 kg sur des palettes ou des rolls, le dépalettiseur mise sur la sécurité avec son installation possible dans une cage grillagée. Un travail important a été fait pour qu’il permette de préserver l’intégrité des colis grâce à un système de préhension « qui vient aspirer directement la face supérieure du colis », décrit Vincent Poupard, dessinateur industriel au sein du bureau d’étude électromécanique de Fives Syleps Martillac. Il est doté d’un système de vision embarqué basé sur l’IA lui permettant de savoir quel est le colis à prendre en déterminant sa position dans l’espace, ses dimensions, sa position. Des informations qui seront transmises au préhenseur qui adapte sa position par rapport à l’inclinaison du colis et vient le récupérer. « La machine existe en deux versions : cette version qui traite des colis inclinés jusqu’à 20° et une autre version avec un préhenseur qui ne peut traiter que des colis à plat », précise Vincent Poupard. « Nous proposons deux gammes de produits, car il y a des clients qui font de la palettisation hétérogène mais toujours posée à plat, quand d’autres travaillent avec des rolls où les colis sont complètement en vrac, amenant à aller les chercher et les reconnaître en position. C’est le but de cette deuxième cellule », détaille Thierry Boisnard. Avec une arrivée prévue sur le marché en 2023, ce dépalettiseur est le fruit de deux ans et demi de recherche. La R&D a porté sur  la vision intelligente pour reconnaître les colis de différentes formes malgré les cerclages ou les étiquettes, ainsi que sur les préhenseurs. L’entreprise annonce que ce système est en mesure de traiter jusqu’à 800 colis par heure sur des palettes et 750 colis sur des rolls.

A_2
Fives I Le système OPR

L’OPR, pour la palettisation de charges hétérogènes

Parmi les solutions déjà commercialisées par Fives Syleps, était également mise en valeur ce jour-là la plateforme OPR (order picking robotic) destinée à l’agroalimentaire, pour le traitement automatisé des opérations de préparation de commandes en palettisation de charges hétérogènes en entrepôt. « Nous avons automatisé pour éviter le port de charges lourdes et augmenter la productivité », poursuit Thierry Boisnard. Dans un premier temps, les palettes fournisseurs rentrent sur l’installation et sont amenées sur un poste de déhoussage manuel. Le produit est ensuite identifié pour connaître sa hauteur et le nombre de couches sur la palette. « À partir de là, on définit si il faut aller vers une dépalettisation automatique ou manuelle, décrit Damien Couzinet, automaticien, roboticien chez Fives Syleps Robotics. En dépalettisation automatique, un robot va venir récupérer les produits couche par couche sur la palette. Il y a d’abord un premier serrage qui est effectué, le robot remonte et on vient sécuriser les colis en fermant les plateaux. Un bras robotisé vérifie qu’il n’y a pas d’intercalaire et vient le mettre dans une benne si besoin ». Une fois la palette terminée, elle est évacuée sur l’élévateur, est filmée pendant sa descente avant qu’elle ne soit évacuée vers l’étiquetage puis amenée en bout de ligne, prête à être acheminée chez les clients. « Nous sommes actuellement en mesure de traiter 30 000 colis par jour avec deux bras robotisés », indique Damien Couzinet. Huit plateformes en France sont aujourd’hui équipées de cette solution brevetée en 2013 et dont la commercialisation a débuté en 2015. Construits à Martillac, les modules de la solution OPR sont montés et testés sur le site avant d’être démontés et envoyés chez le client.

 

Augmenter la maîtrise et diminuer les risques avec le jumeau numérique

Ces phases de test, indispensables, sont également possibles grâce à l’utilisation du jumeau numérique. Celui-ci permet, par la modélisation en 3D, de reproduire le mouvement d’une machine réelle, comme explique Geoffrey Vanden Kerckhove, responsable technique automatisme et robotique : « Dès la phase de développement, nous pouvons faire une mise en service virtuelle de la machine, pour pré-tester tous nos programmes sans les contraintes de la machine réelle : risques de casse, de mouvements inattendus… En anticipant les problèmes, nous arrivons mieux préparés sur nos phases de mise en service. Nous diminuons les risques et nous augmentons notre maîtrise ». Le tout sans avoir à manutentionner de charges lourdes. Autre avantage du jumeau numérique : il permet de former les opérateurs et la maintenance sans s'apuyer sur la machine réelle : « On peut leur apprendre à la manipuler avant même qu’elle ne soit construite, dans un contexte où ils ne prennent- pas de risques ». Fives Syleps ambitionne dorénavant de se focaliser sur la mise en service virtuelle de ses solutions et de valider ses programmes sur ces jumeaux numériques avant de les installer sur site. Un objectif parmi d’autres pour la société qui souhaite poursuivre son développement « en ciblant l’industrie agroalimentaire et les distributeurs du secteur en France et en Europe », indique Yemna Akbache. Le but est également d'exporter : « En Europe avec nos moyens propres, au Japon au travers notre filiale Fives Intralogistics KK, entreprise très intégrée localement, et pour les États-Unis avec Fives Corp, notre société de Smart Automation ».

A_3
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine