media supply chain
et logistique

Innovation

Vers un futur parfait ? La technologie sera au cœur des visions d’avenir

Une analyse de Thorsten Mauritz, marketing manager Europe chez Rite-Hite.

Publié le 5 septembre 2022 - 09h00 • contenu sponsorisé
A_1

Rite-Hite | Thorsten Mauritz, marketing manager Europe chez Rite-Hite

La logistique est le secteur qui a le plus souffert au cours des dernières années. En 2017, le marché mondial était estimé à 7,6 milliards de dollars avant de se contracter à 5,2 milliards de dollars seulement en 2020, soit une perte colossale de plus de 2 milliards, imputable en grande partie à la pandémie.

 

Tout le monde ne partage toutefois pas le même destin. Comme toujours, là où il y a des perdants, il y a des gagnants. Et les grands gagnants ici ont été les entreprises qui ont été capables de fournir des biens essentiels, et en particulier du matériel de santé et des produits pharmaceutiques. Dans les cinq années à venir, on s’attend à ce que le secteur, avec un peu de chance et le vent en poupe, retrouve non seulement son niveau d’avant la pandémie, mais aussi le dépasse considérablement pour valoir près de 13 milliards de dollars en 2027.

 

Par conséquent, la logistique semble mettre le cap vers un avenir radieux, surtout lorsque l’on pense à la percée incroyable du commerce en ligne et de la tendance soutenue en faveur de ce canal de distribution qui occupe le devant de la scène depuis deux ans. Mais le secteur ne se repose pas pour autant sur ses lauriers et il voit émerger des innovations et de nouvelles manières de penser.

 

Équipements intelligents

L’avènement de l’Internet des objets (IoT) et l’arrivée des « équipements intelligents » sont une des grandes tendances actuelles. Les entreprises qui utilisent des capteurs intégrés, exploitent et analysent les données fournies par n’importe quel appareil industriel connecté à Internet tirent leur épingle du jeu. Les informations collectées aujourd’hui par les systèmes intelligents existants aident à la prise de nombreuses décisions, en particulier lorsqu’il s’agit d’améliorer l’efficacité opérationnelle, de réduire les pertes et d’optimiser la consommation énergétique. En particulier dans les entrepôts, les systèmes intelligents permettent d’améliorer la visibilité de valeurs spécifiques, la localisation des véhicules et l’état des marchandises. Ces solutions qui semblaient au début quasi ésotériques se démocratisent aujourd’hui et un nombre croissant d’entreprises se laisse séduire par leur potentiel.

A_2

L’automatisation est en marche

Restons dans le domaine de la technologie et penchons-nous sur une autre tendance importante : l’automatisation. Trois facteurs expliquent que les activités automatisées font tache d’huile en logistique : une demande accrue de la part des vendeurs sur Internet, le manque de main-d’œuvre et des solutions plus abordables grâce à l’innovation.

 

À l’avenir, il sera normal de voir des entrepôts à hauts rayonnages entièrement automatisés dont les allées seront quadrillées par des véhicules autonomes. L’automatisation des systèmes de sécurité et de guidage s’intensifiera sans doute, ainsi que l’usage de technologies de caméras qui serviront à détecter et à appréhender le danger, ce qui réduira les accidents évitables. Et nous verrons aussi sans nul doute l’arrivée de la technologie de la réalité augmentée (AR) qui fournira aux responsables de site une véritable vue d’ensemble de leurs opérations.

 

Intelligence artificielle

L’intégration de l’intelligence humaine et artificielle (IA), soit de l’homme et de la machine, va probablement se poursuivre jusqu’à ce que l’IA réalise toutes les tâches simples et répétitives exécutées actuellement par le personnel. Cette évolution libèrera de la main-d’œuvre qui pourra réaliser des tâches à meilleure valeur ajoutée ou plus complexes. L’IA aidera également à prédire la rotation des articles.

 

Les robots font depuis de nombreuses années partie du paysage de la logistique et sont de plus en plus perfectionnés. Ils contribuent à accélérer grandement les tâches subalternes et à réduire les interventions humaines, et leur présence va s’accentuer à l’avenir. L’utilisation de drones pour livrer de petits articles va suivre la même évolution, tout comme celles des véhicules autonomes à l’heure où les normes de contrôle de la sécurité et des véhicules s’améliorent.

 

Alors que certaines personnes verront la montée en puissance de l’automatisation et de l’IA comme une menace, d’autres la considèreront comme une chance, en particulier celles possédant des compétences spécialisées. Le personnel qui recevra une formation sur les dernières technologies et méthodes sera très demandé et l’internationalisation croissante des échanges signifie que les personnes disposant de ces compétences technologiques seront tout aussi recherchées.

 

Microentrepôts

Pour ce qui est des infrastructures physiques, les prochaines années verront la multiplication des « microentrepôts ». Il s’agit de petits espaces (des « plateformes » locales) spécialisés dans la livraison à proximité des clients, en particulier dans les centres-ville et les zones urbaines à forte densité de population. Les microentrepôts sont apparus pour répondre au problème du « dernier kilomètre » pour les livraisons dans des délais très courts, lorsqu’une livraison à J+1 est déjà trop tard et qu’une livraison le jour même passe tout juste ! Alors qu’ils ne se prêtent pas particulièrement à certains types d’articles comme les produits alimentaires et pharmaceutiques qui nécessitent un environnement spécifique contrôlé, ils sont tout indiqués pour des biens de consommation et des articles d’habillement courants qui n’ont pas ou peu besoin d’être manipulés.

 

Le « dernier kilomètre » verra quant à lui la multiplication des prestataires de services logistiques (3PL et 4PL) afin de satisfaire la demande en livraison en provenance du commerce en ligne. Alors que les opérations 3PL et 4PL ne sont pas dénuées d’inconvénients, notamment pour ce qui est de savoir qui est responsable en cas de problème, beaucoup apprécieront la vitesse, la réactivité et l’efficacité des coûts du modèle externalisé pour la dernière étape de la livraison. Néanmoins, la rapidité ne doit jamais se faire au détriment de la sécurité, ce qui renforcera le thème de la sécurité globale des aires de chargement.

 

Alors que la vitesse, le respect des délais et le service client restent essentiels, les prestataires en logistique doivent être en mesure d’appliquer et d’apporter les preuves de leur engagement authentique en faveur de la durabilité. La « logistique verte » est ainsi une tendance qui continuera à gagner en importance alors que les entreprises cherchent de nouvelles approches pour réduire leur empreinte carbone et répondre aux exigences de durabilité de leur clientèle. De nouvelles technologies de ventilateurs HVLS automatisés joueront un rôle accru pour aider les entreprises à réduire leur consommation d’énergie, à rafraîchir en été et à chauffer en hiver leurs locaux.

 

Les véhicules solaires et électriques forment aujourd’hui la base pour réduire la pollution de l’air et au CO2, tout comme l’utilisation d’emballages biodégradables et de mesure pour surveiller et contrôler la consommation d’énergie. Les entreprises auront besoin d’une stratégie clairement définie pour atteindre la neutralité carbone sur leurs sites existants. Les centres logistiques à venir devront être construits en mettant l’accent sur l’intégration de technologies renouvelables et à faible émission de carbone afin de couvrir leurs besoins en énergie.

 

A_3

Le futur sera numérique ou ne sera pas

La logistique peut s’attendre à un avenir passionnant qui combinera de nombreuses tendances de fond. La 5G, par exemple, aidera à faire entrer le secteur dans l’ère de la numérisation totale, ce qui augmentera considérablement sa valeur.

 

La blockchain est un autre exemple. Cette technologie sera probablement mise à profit afin d’apporter aux prestataires, aux transporteurs, aux compagnies de navigation et à d’autres acteurs de la chaîne de création de valeur une transparence complète sur leurs opérations grâce à une seule et même plateforme. En tant que système de classement crypté par ordinateur et décentralisé conçu pour fournir des informations en temps réel, sans interférence ni modifications intempestives, la blockchain a le potentiel d’éliminer des obstacles dans l’écosystème de la logistique et d’identifier d’éventuels problèmes avant qu’ils n’apparaissent. Avec l’IoT, elle permettra de créer une « palette connectée » qui donnera des informations sur son chargement tout au long de son acheminement, y compris son état et la température de conservation et, à destination, quand, où et comment les marchandises ont été fournies afin de déclencher le paiement.

 

La blockchain a la possibilité de changer véritablement la donne, en particulier lorsque l’on prend en compte certaines estimations qui indiquent que jusqu’à la moitié des produits transportés finissent à la poubelle, soit parce qu’ils sont périmés, endommagés ou « perdus » en cours de route. Peu importe la voie que nous emprunterons, la technologie sera au cœur des visions d’avenir.

 

 Une analyse de Thorsten Mauritz, marketing manager Europe chez Rite-Hite.

à lire aussi