Accueil / Dossiers / Entrepôts / Vers une palette intelligente

Entrepôts

Vers une palette intelligente

15.10.2020 • 09h05
|
par Charlotte COUSIN
D_1

Epal

Connecté, le support de manutention montre ses apports en termes d’optimisation transport, de qualité de service et de communication en temps réel. Les acteurs de la filière se penchent sur le déploiement de cette palette nouvelle génération.

Bien que le sujet ne soit pas nouveau, la palette connectée attire l’intérêt de beaucoup. C’est le cas de l’Epal qui travaille actuellement à un projet pilote en partenariat avec des entreprises privées allemandes pour l’élaboration d’une palette intelligente iPal : « Il s’agit d’un enjeu important tant pour le secteur que pour l’Epal, support de manutention le plus utilisé au monde avec environ 600 millions de ses palettes actuellement en circulation », explique Jean-Philippe Gaussorgues.

 

L’iPal fonctionne avec un marquage sous forme de QR code ne nécessitant pas d’installation spécifique dans les entrepôts et les camions. Lisible via une application développée par l’Epal, il sera en mesure de fournir un ensemble d’informations sur la palette : sa durée de vie, son fabricant, ses déplacements depuis sa mise en service, son rachat, sa géolocalisation, ses réparateurs… Débutée en février 2020, la phase de test devrait se terminer à l’automne pour ensuite aborder ses étapes de déploiement sur le marché.

 

Vision en temps réel des supports

La palette connectée fait également partie des projets en cours chez le fournisseur de services de location de palette IPP qui a lié un partenariat avec Global Tracks, spécialiste des objets connectés. Objectifs visés ? Bénéficier d’une vision en temps réel des supports, gérer le taux de perte et de casse tout en apportant une plus-value aux clients dans la visibilité et l’optimisation de la gestion de leurs flux aussi bien amont qu’aval : « On sait que la palette connectée fait clairement partie des solutions d’avenir. Dans notre métier, la traçabilité se présente comme un élément essentiel puisqu’on évolue au coeur de l’économie circulaire. Nous devons savoir à tout moment où se trouvent nos palettes pour pouvoir les récupérer, les trier et les réintégrer dans le circuit. Cela permet ainsi d’optimiser nos flux de transport, donc les flux de nos clients et ainsi développer des niveaux de qualité de service encore plus efficaces », décrit Thibaut Esnée, country manager d’IPP France.

 

Chez Chep, le tracking vient également lorgner du côté du support lui-même : « Avant de mettre en place un système de trackeur sur une palette, il faut s’assurer qu’elle soit conçue pour le recevoir : nous avons ainsi lancé l’été dernier en France une nouvelle génération du quart de palettes plastique capable de recevoir tous les outils liés au tracking par système de géolocalisation. Il ne s’agit pas seulement de tracer le produit mais également de proposer une solution qui soit aussi capable de communiquer en temps réel avec les consommateurs », détaille Latifa Gahbiche, PDG de Chep France. Un système basé sur l’IoT, aujourd’hui testé en Allemagne avant un déploiement sur le reste de l’Europe.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine