Accueil / Reportages / Innovation / Entre robotique et drone, Geodis Countbot repense les inventaires en entrepôt

Innovation

Entre robotique et drone, Geodis Countbot repense les inventaires en entrepôt

08.09.2021 • 14h31
|
par Emilien VILLEROY
Rimg0

Voxlog

RTimg0
Rimg1
Le robot en action
RTimg1
Rimg2
Le drone au sommet du mât
RTimg2
Rimg3
Une caméra située sur le mât
RTimg3
Rimg4
Le mât en cours de démontage
RTimg4
Rimg5 RTimg5
Le 7 septembre, sur l'entrepôt de Saint-Ouen-l’Aumône (95), les équipes de Geodis et de Delta Drone présentaient leur nouvelle solution Geodis Countbot, dédiée aux inventaires pour la logistique. Un robot innovant, composé d’un grand mât équipé de caméras qu’un drone vient équilibrer à son sommet.

Passage obligé de la vie des entrepôts, l’inventaire reste une contrainte pesante pour les organisations logistiques qui doivent encore souvent aller vérifier la bonne conformité entre stocks physiques et théoriques via des processus manuels : « L’inventaire standard reste une opération compliquée à réaliser pour les équipes, à la fois chronophage et fastidieuse, nécessitant de mobiliser beaucoup de ressources, en arrêtant souvent l’activité. Sans compter les risques liés à la sécurité, avec des équipes qui évoluent à une hauteur élevée sur nacelles, et les erreurs humaines qui peuvent de surcroit fausser les résultats », explique Stéphan Leroux, directeur du développement commercial de Geodis Supply Chain Optimization (SCO), une des cinq lignes métier du groupe Geodis. Cette branche du prestataire international s’est donc interrogée, en 2015, sur une façon de simplifier les inventaires tout en améliorant la fiabilité des stocks. Pour cela, Geodis SCO s’est associée à Delta Drone, un acteur français dans le domaine des drones civils, afin de développer une solution dédiée. Une pré-étude a été lancée en 2017, avec de premiers prototypes se basant à l'époque sur le concept d’un drone volant. Mais les premiers retours ont contraint les deux partenaires à revoir leur copie. Relativement lent, le drone pouvait connaître des perturbations en vol : poussière projetée par ses hélices, étiquettes qui s’envolent, etc. « À partir de là, nous avons repensé le concept de la solution, en développant un robot au sol équipé d’un mât télescopique stabilisé par un drone à son sommet. Tout au long du mât, qui peut faire plus de dix mètres selon la taille des racks, on trouve un ensemble de caméras et capteurs capables de prendre en photo et d’analyser l’intégralité d’un rayonnage vertical en un instant. Cette alliance inédite entre robotique et drone a été brevetée », détaille Romain Cauvet, responsable de l’ingénierie supply chain chez Geodis SCO, en charge des équipes innovation.

 

Proposé à la prestation et bientôt à l’achat

Après trois années de R&D, le partenariat aboutit donc cette année avec le déploiement de Geodis Countbot et le lancement de sa commercialisation : en France depuis le premier semestre, en Europe d’ici à la fin de l’année, puis dans le monde entier en 2022. « Nous proposons des missions d’inventaires, à nos propres clients, mais aussi à nos confrères 3PL. Dans ce cadre, ce sont les équipes de Geodis et de Delta Drone qui vont assurer la prestation chez les clients selon leurs besoins, avec une facturation basée sur le nombre d’emplacements de palettes. Mais nous prévoyons également de développer la vente complète de la solution en 2022, partout dans le monde, principalement pour les acteurs disposant d’un réseau plus larges d’entrepôts », explique Stéphan Leroux. Trois robots sont déjà en action dans les entrepôts de Geodis ainsi que ceux d’autres prestataires, et la production a d’ores et déjà été lancée pour de nouveaux exemplaires du Geodis Countbot, dans les usines de Delta Drone près de Lyon.

 

Collaboratif et autonome

C’est sur le site de Geodis à Saint-Ouen-l’Aumône (95) que les équipes des deux partenaires faisaient la démonstration de leur nouvelle solution le 7 septembre 2021, dans un entrepôt de 16 000 m², intégralement dédié à un client du FMCG pour les produits de début et de fin de vie. Relativement compact, le robot se déplace lentement dans l’entrepôt et est équipé d’un mode « suiveur » quand l’opérateur a besoin de l'amener quelque part plus rapidement. Il peut également aller se placer automatiquement au début de l’allée qui doit être inventoriée. « Notre robot est collaboratif, et peut cohabiter avec des chariots et des opérateurs. Il est donc capable de s’arrêter au moindre obstacle et attendra dix secondes avant de redémarrer une fois que la voie est libre », indique Isabelle Moussa, chef de projet innovation chez Geodis SCO. Une fois placé, le Geodis Countbot va alors parcourir l’allée dans toute la longueur, de manière complètement autonome. Le système de mât permet de réaliser les inventaires beaucoup plus rapidement, puisque le robot n’a qu’à remonter le long d’une allée pour analyser tous les emplacements sur l'un des côtés. Durant ses mouvements, des photographies HD sont prises : « Pour chaque photo, des flashs s’activent, ce qui permet à la solution de pouvoir être utilisée de nuit comme de jour », explique Isabelle Moussa. Les quatre hélices du drone au sommet du mât, placées à la verticale, permettent sa stabilisation et la prise de photographies nettes, condition sine qua non d’un inventaire bien réalisé. Des algorithmes intelligents détectent ensuite les codes-barres en temps réel sur les images captées, ainsi que les emplacements vides. Un système de géolocalisation indoor permet d’identifier la position de chaque palette sans ajout d’étiquette supplémentaire. « Le robot a son propre système de navigation par Lidar et se base sur l’odométrie. Cela nous permet d’avoir une précision au centimètre », note Isabelle Moussa.

 

10 000 m² traités en trois heures

Une fois l’inventaire réalisé, les opérateurs récupèrent un fichier complet qui peut ensuite être intégré dans le WMS. L’opérateur a également accès à l’intégralité des photos prises et peut, en un clic, corriger les codes-barres qui n’auraient pas pu être lus par la machine ou détecter les étiquettes arrachées ou abimées qui nécessiteront un traitement manuel. Autre avantage de la solution, sa capacité à pouvoir être déplacée facilement, afin de pouvoir effectuer des opérations sur différents entrepôts. « Le robot pèse 120 kg et le mât peut être démonté rapidement en plusieurs morceaux », détaille Isabelle Moussa. La solution est en mesure de traiter une palette par seconde, permettant de réaliser l’inventaire d’un site de 10 000 m² en trois heures seulement avec un seul robot, contre huit heures pour une solution avec un drone volant et une journée entière pour une opération manuelle. « Les gains sont réels et la solution est très compétitive. Concrètement, l’outil peut réduire de moitié le coût de l’inventaire », déclare Stéphan Leroux.

 

La solution en image :

Geodis Countbot en chiffres

■ 3 années de R&D ;

■ Robot de 120 kg et un mât pouvant atteindre plus de 10 mètres ;

■ 1 palette analysée par seconde ;

■ 10 000 m² traités en trois heures ;

■ 7 heures d'autonomie de batterie.

 

Geodis Saint-Ouen-l’Aumône
Agrandir le plan
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine