Accueil / Actualités / Immobilier / GSE : « La logistique reste notre plus grand marché »

Immobilier

GSE : « La logistique reste notre plus grand marché »

23.11.2017 • 10h40
|
A_1

Acteur de l’immobilier d’entreprise depuis plus de 40 ans, GSE clôture une année 2017 riche en projets et perspectives. Rencontre avec Roland Paul, CEO du groupe, pour faire un bilan des activités logistiques variées de l’entreprise, allant jusqu’en Chine.

Industrie, secteur tertiaire, PME, centres commerciaux : les activités de GSE sont multiples et se déclinent dans une dizaine de pays (dont la France avec 12 agences implantées sur tout le territoire, ainsi qu'en Chine) pour un chiffre d’affaires de près de 500 millions d’euros. Mais au milieu de cette multiplicité de projets, la supply chain est toujours le domaine de prédilection du groupe français créé en 1976, représentant de 60 à 70 % de son activité selon les pays. « La logistique reste notre plus grand marché. Sa force, c’est d’être en perpétuel renouvellement. Depuis deux ans maintenant, la montée du e-commerce a totalement redynamisé le secteur. Face aux demandes de plus en plus fortes de la part des consommateurs, la logistique est devenue un axe stratégique de développement pour les entreprises, et en particulier les pure players », détaille Roland Paul, CEO de GSE, évoquant le géant Amazon pour lequel le groupe a livré en 2013 un entrepôt de plus de 90 000 m² à Lauwin-Planque (59). Un vent d’air frais sur le secteur qui profite à GSE : « Les carnets de commandes sont pleins, même si les marges restent serrées. »

 

Des sites massifs

Avec ses 350 collaborateurs, GSE propose son expertise autant en termes de conception que de construction des bâtiments, y associant également des services fonciers tout au long des projets. « C’est un avantage pour nos clients qui peuvent ainsi bénéficier d’un interlocuteur unique », explique Roland Paul. En 2016, 70 opérations ont été réalisées, en France et à l'international, par le groupe. Un chiffre qui devrait rester stable sur la période 2017. De nombreux bâtiments ont ainsi été annoncés au fil de l’année. En France, on peut ainsi noter la plateforme Biocoop à Noves (13) en collaboration avec Barjane (« un de nos partenaires historiques »), un nouveau site de 60 000 m² pour la Scaso, centrale d'achats régionale des magasins E.Leclerc du Sud-Ouest, ainsi que le monumental chantier d'Artenay-Poupry (28) pour le compte de Carrefour : une plateforme d’une surface XXL de plus de 131 000 m². « C’est la grande tendance de ces dernières années : nous allons vers une massification des sites pour permettre une logistique unifiée. Du côté des distributeurs par exemple, on constate une demande pour des entrepôts plus grands qui réunissent le sec et le frais - cela a été le cas avec notre partenaire Intermarché par exemple ou encore avec la Scaso de E.Leclerc. Côté construction, de nouveaux formats se multiplient : certains sites en Europe peuvent ainsi atteindre des tailles de 40 mètres de haut afin de permettre du stockage automatisé vertical. Cela est plus rare en France, car les PLU y sont plus contraignants », détaille Roland Paul.

 

La diversité des réalisations est importante au sein de GSE, allant de petits bâtiments de 2 millions d’euros jusqu’à des grands sites pouvant dépasser les 60 millions d'euros. Parmi ces derniers, un centre de tri pour le compte de DHL, véritable « usine à colis » située à l’aéroport d’East Midlands en Angleterre et qui a ouvert ses portes cette année. « Nous avons une expertise forte dans les bâtiments logistiques automatisés. À partir de nos premiers contacts avec DHL, nous avons mis moins de six mois avant le début des travaux », raconte Roland Paul. La technologie BIM, adoptée par le groupe depuis maintenant plusieurs années, porte également ses fruits, permettant une amélioration de la vitesse de construction. Le groupe réfléchit d'ailleurs à des utilisations de la cette technologie pour des solutions de gestion de l'exploitation des batiments après construction. La question du développement durable est également un aspect important pour le groupe puisque 80 % de ses grands projets bénéficient désormais de certifications HQE ou Breeam.

 

A_2
Plateforme logistique de Best Seller en Chine (©GSE)

La Chine, zone complexe et porteuse

Mais si GSE multiplie les projets en Europe, l'entreprise a aussi un pied depuis plus de vingt ans sur un territoire logistique très convoité : la Chine. « Nous avons été parmi les premiers à nous intéresser de près au marché chinois. Nous avons pu rentrer dans le pays à l’époque en accompagnant l'un de nos clients, le groupe Lafarge, avec lequel nous avions déjà collaboré en France et en Allemagne ». Depuis lors, GSE a construit 1,5 million de m² sur le territoire chinois pour des clients tels que Air Liquide, Alstom, Adidas, Ikea, Walmart ou encore l’acteur du e-commerce Best Seller. Soit une moyenne de 1 à 5 projets par an pour un chiffre d’affaires variant entre 15 et 50 millions d’euros. Une présence sur place qui n’est pas sans difficultés face à l’administration du pays. GSE est désormais une Wofe. Acronyme de Wholly Owned Foreign Enterprise, statut qui désigne en Chine une entreprise à capitaux étrangers. Mais si celle-ci peut alors obtenir des permis de construire, elle ne peut cependant pas travailler avec des entreprises chinoises, devant se limiter à des projets auprès de clients étrangers, comme ceux cités précédemment. « La Chine est sans aucun doute le pays le plus compliqué que nous ayons à gérer », admet Roland Paul. Ce qui n'empêche pas le groupe de continuer à multiplier les projets sur place : ce mois-ci, c'est un chantier d’usine de 11 000 m² pour l’industriel Agrana qui a été dévoilé par GSE.

 

Le pays présente également des problématiques de construction très particulières. « L’optimisation des sols est très importante là-bas. Nous sommes tenus de construire des bâtiments en hauteur, de manière à préserver les terres voisines pour des domaines tels que l’agriculture », explique Roland Paul. Mais au delà des questions de terrains, c’est avant tout la pollution et la qualité de l’air qui sont au cœur des préoccupations sur place, dans des optiques de politique RSE. Pour le compte d’Air Liquide et de son centre R&D Asie à Shanghaï, GSE a ainsi conçu une solution de traitement de l’air afin de procurer un environnement de travail sain pour les collaborateurs de l’entreprise. « Les installations du bâtiment permettent de filtrer les particules fines, afin d’offrir un air purifié aux employés d’Air Liquide, selon les recommandations internationales. À l’intérieur, c’est comme si vous étiez au beau milieu des Alpes ! », plaisante Roland Paul.

 

Maintenant que GSE a réussi à se créer une place sur le marché chinois, l’ouverture à d’autres territoires asiatiques est envisagée prudemment, du côté de la Malaisie et de l’Inde, que Roland Paul estime être « un pays à suivre, porteur d’opportunités fortes où nous avons déjà été sollicités par nos clients récurrents ». 

BUZZ LOG
“Tirer parti des standards GS1 doit rendre plus interopérables les applications blockchain dans la supply chain.”
— Yorke Rhodes III, global business strategist blockchain de Microsoft
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine