Accueil / Actualités / Mobilités / Le fret, enjeu stratégique dans la démarche RSE du groupe Soufflet

Mobilités

Le fret, enjeu stratégique dans la démarche RSE du groupe Soufflet

25.11.2015 • 10h30
|
A_1

Socomac, filiale du groupe Soufflet sur le port de Rouen réalise une nouvelle installation de déchargement. Cet investissement d'un montant supérieur à un million d'euros permet à la structure de réception et d'export de grains, d'atteindre 60% de ses acheminements par voie fluviale.

Depuis 5 ans, Socomac développe une politique dans le but d'augmenter la part de ses transports fluviaux : elle est passée de 36% en 2011 à 50% en 2014. La nouvelle installation de déchargement a été installée de manière à accroître de 25 % des capacités du silo et à pouvoir accueillir ainsi de nouveaux convois fluviaux. Avec cet investissement, la part des acheminements par voie fluviale de la Socomac s'élève désormais à 60%. Socomac charge des navires de haute mer à destination de plus de 60 pays. Le site est approvisionné par voies routières, ferroviaires et fluviales à partir de 15 départements français, le plus éloigné étant la Haute-Marne. L'augmentation du trafic fluvial a permis d'économiser 773.720 kilos annuels équivalent C02 selon la méthode utilisée par VNF, auxquels viennent s'ajouter 1,3 million de kilos équivalent C02 déjà économisés depuis 4 ans.

 

En outre, un nouveau silo portuaire sera opérationnel en 2017 à la pointe du Grand port maritime de La Rochelle. Le chargement direct de la marchandise à bord des navires entraînera une reconsidération de la chaîne logistique, avec un recours beaucoup plus important au fret ferroviaire (de 12 à 27%). Certaines installations portuaires du Groupe Soufflet à La Pallice (La Rochelle), seul port en eaux profondes de la façade Atlantique, se situent en effet à un kilomètre environ de la mer. Il fallait jusqu'ici mobiliser plus de 50.000 camions de brouettage par an pour acheminer 1,5 million de tonnes de céréales vers les bateaux. A la clé : un bilan carbone naturellement plus favorable avec la disparition de ce brouettage.

BUZZ LOG
“Il y a un coût à maintenir vivantes des solutions de continuité, mais c’est un point fondamental pour que les plans soient efficaces. La résilience est un choix.”
— Antoine Millot, conseiller en risques d’entreprise chez FM Global Europe du Sud
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine