Accueil / Actualités / Transversal / Après une année 2015 positive, Haropa poursuit le renforcement de son offre

Transversal

Après une année 2015 positive, Haropa poursuit le renforcement de son offre

19.01.2016 • 10h34
|
A_1

Haropa, l'ensemble portuaire de l'axe Seine réunissant les ports du Havre, de Rouen et de Paris, a organisé hier à Rouen une conférence de presse pour dresser le bilan de l'année 2015, évoquer les perspectives 2016 et répondre aux nombreuses questions concernant le terminal multimodal du port du Havre, dont le démarrage opérationnel n'a pu avoir lieu l'an dernier à l'heure prévue.

Dans un premier temps, les quatre hommes forts de Haropa, Alexis Rouque (président de Haropa et directeur général de Haropa - ports de Paris), Hervé Martel (vice-président de Haropa et directeur général de Haropa - port du Havre), Nicolas Occis (vice-président de Haropa et directeur général de Haropa - port de Rouen) et Antoine Berbain (directeur général délégué de Haropa), ont partagé avec l'auditoire les résultats de l'année 2015. Et ils sont bons ! Avec un trafic maritime en hausse de +2,4 % par rapport à 2014 (91,4 millions de tonnes, Mt), Haropa conforte sa position de premire ensemble portuaire français et de 5ème port nord-européen derrière Rotterdam, Anvers, Hambourg et Amsterdam. 

 

Un niveau record pour les céréales 

Ainsi, les vracs liquides (+5,7 %) ont bénéficié d'une conjoncture favorable, tout comme les vracs solides (+4,1 %), avec une progression de +12,6 % du trafic de céréales (8,17 Mt). Le trafic de conteneurs, lui, est resté stable en EVP (+0,7 %), ce qui masque un développement significatif du trafic inland du Havre. L'activité du terminal roulier a également été orientée à la hausse (+7 %), Haropa profitant de la reprise du secteur automobile. Quant au trafic fluvial en Ile-de-France, il a, lui aussi, renoué avec la croissance (+3 %), après deux années de baisse. In fine, seule l'activité croisières a enregistré un repli de -12 %, et ce, malgré une année record au port de Rouen (+9,3 %). L'activité a, malheureusement, subi les effets négatifs des mises aux normes environnementales des navires de croisière maritime. 

 

500 millions d'euros d'investissements en 2016 

"Nous percevons des signes de reprise" a pourtant souligné Alexis Rouque dans sa présentation, expliquant que l'emploi avait progressé de +0,8 % sur les places portuaires du Havre et de Rouen et que les investissements privés et publics étaient en hausse et avoisinaient les 350 millions d'euros. "Ils devraient dépasser les 500 millions cette année" a-t-il ajouté. 

 

Le terminal multimodal du Havre en phase de rodage

Après avoir rapidement évoqué la performance environnementale (bâteaux électriques, bâtiments à énergie positive, solution de basculement vers le mode de transport le plus adapté, etc.), le président d'Haropa a présenté l'année 2016 comme celle de la "multimodalité" et abordé la question du terminal multimodal du Havre. En stand-by depuis juin 2015, ce chantier à 140 millions d'euros qui était censé fluidifier les flux de conteneurs entre navires, trains et barges fluviales est aujourd'hui perçu par beaucoup comme un fiasco. Il a d'ailleurs provoqué le dépôt de bilan et la mise en redressement judiciaire de son exploitant, la société LHTE. Hervé Martel a toutefois essayé de rassurer les sceptiques en expliquant que des tests avaient été menés en décembre sur la cour fluviale et que la phase commerciale serait opérationnelle ce mois-ci. "Nous sommes en rodage" a-t-il précisé tout sourire, "avec une montée en puissance progressive du ferroviaire d'ici le printemps". L'objectif étant d'atteindre 114 000 conteneurs la première année, dont 48 000 en fluvial et 66 000 en ferroviaire. 

 

Haropa veut améliorer son offre multimodale  

Hervé Martel a ensuite insisté sur l'amélioration de l'offre multimodale avec l'augmentation des services ferroviaires et fluviaux dans le domaine du transport combiné et l'ambition de développer le ferroviaire "longue distance" pour toucher de nouveaux marchés. "Il reste beaucoup à faire de ce côté-là, notamment sur le réseau national, a-t-il expliqué. Le transport de passagers prend beaucoup de place et les travaux de modernisation des voies de la SNCF prévus la nuit empêchent le fret de rouler. La question est compliquée". Ne serait-il pas temps de revoir la programmation de ces travaux avec la SNCF ? La question est restée en suspens. Ce qui est sûr, en revanche, c'est que dans ce domaine, la réalité du terrain est loin des ambitions affichées par Haropa. 

 

Légende : de gauche à droite, Nicolas Occis, Alexis Rouque et Hervé Martel.

BUZZ LOG
“Nous appartenons à un secteur qui crée de l’emploi et qui a la capacité d’aider notre pays pour recréer une dynamique industrielle avec des relocalisations à la clé.”
— Eric Hémar, président d'Union TLF
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine