Accueil / Actualités / Innovation / Everysens élargit son offre digitale pour la supply chain

Innovation

Everysens élargit son offre digitale pour la supply chain

07.12.2018 • 10h10
|
A_1

Everysens | Kevin Allanet, product owner d'Everysens

À l’issue de l’année 2018, la start-up conviait clients et professionnels de la logistique à un partage d’expériences et de best practices autour de l’utilisation de sa solution et dévoilait ses nouveautés pour l’année à venir.

Il était question d’innovations et de partage lors de la soirée annuelle organisée le 29 novembre dernier par Everysens, créatrice de la plateforme éponyme de visibilité logistique. « En 2018, nous avons passé beaucoup de temps à vous écouter et comprendre vos besoins », explique Kevin Allanet, product owner d’Everysens, pour retracer une année riche de recherches et de nouveaux projets. Désireuse d’en faire le bilan et de dévoiler ses projets d’avenir, la société profitait de cet événement pour présenter ses innovations majeures à l’horizon 2019. Celles-ci passent entre autres par l’élargissement de son catalogue : « Il existait déjà le capteur Everytrack présent sur plus de 10 000 actifs en Europe. Nous lançons aujourd’hui un nouveau modèle, l’Omnitrack, compatible avec tout type d’asset partout dans le monde. Nous ne sommes plus limités à la France et à l’Europe », détaille Kevin Allanet. Désormais « multi-technologies », celui-ci est capable de s’adapter à n’importe quel réseau (Sigfox, GPRS, LTE-M, NB-IoT…) tandis que son autonomie a été travaillée, pour une durée de vie étendue de six à dix ans selon son usage. Enfin, il est possible de le faire évoluer à distance : « On pouvait déjà effectuer des paramétrages sur l’Everytrack. Avec l’Omnitrack, on peut remettre complétement à jour le firmware ce qui va nous permettre d’ajouter des fonctionnalités qui n’existaient pas auparavant » poursuit-il.

A_2
Vue éclatée du capteur Omnitrack

Une plateforme participative

La plateforme a également fait l’objet d’améliorations. Tandis que l’application Everysens était jusqu’alors uniquement consultative pour ses utilisateurs, ces derniers pourront, en 2019, valider les données y figurant et apporter leurs connaissances métier à l’outil : « Cela va enrichir notre solution mais ne doit pas venir polluer les informations qui s’y trouvent. Nous avons donc développé un système de permission et de filtre permettant, par exemple si vous êtes opérateur de maintenance de ne visualiser à l’écran que les wagons concernés par la maintenance tandis que vous aurez accès à l’intégralité des données si vous êtes directeur logistique », détaille Kevin Allanet. Pour un examen toujours plus poussé des cas d’usages de ses clients, Everysens a d’autre part opéré une refonte complète de son système d’analyse de data. Les usagers pourront emprunter plusieurs « chemins » dans l’application pour accéder aux données d’amélioration du plan de transport, en passant par des indicateurs macro (type d’actif, volume de rotations aller/retour…) mais également en explorant, dans un deuxième temps, de manière plus fine, le taux d’utilisation des actifs sur un flux en particulier. « Pour améliorer les délais de rotation, il sera possible de visionner les temps improductifs et les différentes catégories représentées (stationnement en gare, chargement en usine/plateforme…) », illustre le product owner d’Everysens.

 

Interopérabilité et prédictibilité

« Nous annoncions l’année dernière que nous serions interopérables, nous avons réussi ce pari », juge Youness Lemrabet, fondateur d’Everysens. Capable de travailler avec huit types de capteurs, la plateforme a fait de cette compétence sa stratégie d’avenir : « En plus de récupérer les données provenant des capteurs, notre solution offre la possibilité de s’interfacer avec les systèmes d’information (ERP, TMS…) afin d’enrichir les différents types d’information disponibles. C’est grâce à cette interopérabilité que nous pouvons nous tourner vers le futur ». Un futur rimant avec prédictibilité pour Everysens qui, après la création de son département R&D, travaille à la résolution de nouveaux cas d’usages dans ce domaine : « Nous vous donnons rendez-vous en 2019 pour vous faire part des premiers résultats », conclut Youness Lemrabet.

Des clients qui témoignent

La soirée du 29 novembre était l’occasion de faire échanger, autour d’une table ronde, différents utilisateurs de la plateforme Everysens autour de leur expérience respective et leurs best practices.

ArcelorMittal était invité à faire part de sa démarche d’optimisation sur son parc wagons avec Everysens. Le spécialiste mondial de l’acier s’est en effet doté de la solution pour le suivi de sa flotte européenne de wagons gérée au quotidien par SteelTrack, son unité de pilotage. Le groupe sidérurgique déploie actuellement les capteurs IoT sur 3000 de ses wagons et compte « parvenir à 4 000 d’ici la fin de l’année 2019, le souhait étant d’équiper la totalité du parc », indique Arnaud Desmonts, responsable logistique multimodale Europe chez ArcelorMittal, poursuivant : « Il s’agit pour nous d’améliorer notre service client en maîtrisant notre logistique de bout en bout, grâce à une visibilité accrue sur nos livraisons et d’améliorer l’efficience du parc wagons. Nous avions testé plusieurs solutions mais Everysens est la seule à avoir levé tous les obstacles que nous pouvions avoir ». Pablo Expósito Ramiro, responsable exploitation de l’entreprise ferroviaire Colas Rail, témoigne également de ses premiers pas avec Everysens pour une flotte d’environ 500 wagons : « Nous sommes pour le moment en phase d’équipement, avec 95 % de notre parc appareillé. Nous espérons lancer dès le début de l’année prochaine une phase d’analyse des données, notre objectif ultime étant d’étudier si nos wagons sont bien utilisés grâce à cet outil qui recoupe tous nos actifs ». Un outil sur lequel le choix de l'acteur dans le secteur du transport et de la logistique Gefco s’est également posé pour équiper une flotte de 450 semi-remorques : « Notre but est d’avoir équipé la totalité de notre parc dans six mois. Nous avons choisi cette solution pour suivre nos actifs et améliorer notre asset management. Elle nous permet de répondre aux besoins de track and trace de nos clients à qui nous communiquons leurs données de ponctualité et de traçabilité », décrit Emmanuel Kesler, directeur transport et logistique France de Gefco.

BUZZ LOG
“Mettre en place un WMS n’affecte que les entrepôts. Mettre en place un OMS impacte l’ensemble de la chaîne de valeur du retailer.”
— Bruno Lacoste, responsable commercial France d'a-Sis
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine