Accueil / Actualités / Transversal / Groupe de travail « Sobriété industrie » : France Logistique présente ses pistes

Transversal

Groupe de travail « Sobriété industrie » : France Logistique présente ses pistes

16.09.2022 • 13h37
|
A_1

France Logistique

Constance Maréchal-Dereu, directrice de France Logistique a participé à la réunion de lancement du groupe de travail « Sobriété industrie ». L'occasion pour l'association de partager ses réflexions pour le transport de marchandises : réduction des distances parcourues, optimisation des volumes, utilisation du fer et du fleuve, transition des flottes diesel.

Annoncé le 23 juin dernier par la Première ministre Elisabeth Borne et la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, le plan de sobriété énergétique a pour objectif de réduire de 10 % notre consommation énergétique dès cet hiver, avant une réduction de 40 % d’ici 2050. Le lancement de la démarche a conduit à la mise en place de différents groupes de travail, dont l'un, dédié à l’industrie, s’est tenu le 7 septembre sous l’égide du Conseil national de l’industrie (CNI), en présence d’Agnès Pannier-Runacher, et du ministre délégué chargé de l’Industrie, Roland Lescure. Au-delà du plan de sobriété énergétique, ce rendez-vous a également permis d’évoquer la hausse des prix de l’énergie subie par le secteur. L’occasion pour les professionnels de la filière de faire entendre leurs craintes sur le sujet. Le Gouvernement a ainsi partagé son plan de sécurisation des approvisionnements en gaz et en électricité pour cet hiver, tout en rappelant sa volonté de protéger les industries, notamment avec la prolongation et la simplification de l’aide « gaz et électricité ». Les ministres présents ont par ailleurs rappelé la nécessité d’une mobilisation collective pour faire la chasse au gaspillage énergétique. « Comme l’État, les entreprises - y compris industrielles - prendront toute leur part dans la réduction de notre consommation d’énergie. Mais je le rappelle : la sobriété, c’est la chasse au gaspillage, c’est l’attention au chauffage, à l’éclairage, ce n’est pas demander aux entreprises de baisser leur production ou leur activité. Il s’agit d’efforts collectifs, proportionnés et raisonnables. La réussite de ce plan nécessitera la mobilisation de tous », a déclaré Agnès Pannier-Runacher.

 

Diffusion des bonnes pratiques

Parmi les participants à cette réunion (représentants de l’industrie, organisations syndicales, comités stratégiques de filières, fournisseurs d’énergie et porteurs d’innovation industrielle) figurait l’association France Logistique qui s’exprimait à l’occasion par la voix de Constance Maréchal-Dereu, sa directrice générale. « Le cœur de la réunion était, pour le Gouvernement, d’entendre sur quelles mesures de sobriété travaillait le monde de l’industrie, précise-t-elle. Il y a la sobriété à très court terme comme baisser le chauffage des bureaux, mais aussi des mesures qui se construisent davantage sur la durée et doivent être pérennes ». Dans cette optique, le Medef a partagé les premières réflexions issues du groupe de travail Entreprises et organisation du travail, lancé en juillet dernier. L’organisation patronale a ainsi évoqué les bonnes pratiques qui en sont ressorties afin de mieux les diffuser parmi les industriels. Elle concerne donc le chauffage, qui doit être fixé à 19°, l'intégration des outils de mesure, de suivi et de pilotage des consommations énergétiques, tout en intégrant la gestion de l’éclairage et son optimisation, mais aussi les transports, pour favoriser la mobilité durable ainsi que la sensibilisation aux écogestes, notamment sur les usages numériques.

 

Travailler ensemble à la sobriété

« Les mesures de sobriété énergétique propres au secteur industriel portent sur les processus industriels, mais aussi les chaînes logistiques ou encore l’organisation du travail au sein des entreprises », précise en outre le Gouvernement dans son communiqué. « Concernant la partie transports de marchandises et logistique, la conclusion de mon intervention a été de dire qu’il fallait y travailler ensemble, chargeurs et prestataires transport et logistique, pour optimiser leurs chaînes logistiques en réfléchissant à plusieurs leviers. Tout d’abord, le bon maillage et la bonne interaction des lieux de stockage et de stop, en fonction de leurs lieux d’approvisionnements de matières premières, de la localisation de leurs usines, de leurs destinataires et de leurs distributeurs », poursuit Constance Maréchal-Dereu. Il s’agit donc de travailler sur les distances parcourues et d'optimiser le remplissage des véhicules des chargeurs. « Ensuite, les industriels peuvent participer à l’optimisation des volumes transportés par les acteurs transport et logistique en facilitant la mutualisation, en massifiant certaines demandes, en jouant par exemple sur les fréquences de livraison, ou en travaillant sur les emballages ».

 

Parler de sobriété énergétique a inévitablement amené à évoquer la question de la transition écologique, très axée sur l’usage des poids-lourds dans le secteur transport et logistique. L’urgence de la décarbonation des flottes avec des énergies alternatives au thermique a été rappelée, ainsi que ses interrogations : « Comment mieux utiliser le fer et le fleuve et comment, sur la partie routière, qui est et restera majoritaire, est-il possible de travailler avec les acteurs transport et logistique pour verdir les flottes ?», décrit Constance Maréchal-Dereu. Si ces sujets sont déjà largement abordés et pris en main par la filière, la réunion avait davantage valeur d’information « pour dire que les acteurs du transport et de la logistique étaient prêts à collaborer avec le monde de l’industrie : travaillons ensemble pour être plus sobre sur vos chaînes logistiques », résume-t-elle.

 

Le « déclic qui va nous permettre d’avancer »

Pour l’heure, pas de date prévue pour une prochaine réunion, mais France Logistique travaille actuellement avec le Conseil national de l’industrie à la manière de poursuivre la démarche amorcée : « Le fait que le monde de la logistique représenté par France Logistique soit convié pour intervenir à cette réunion, c’est un signe très positif qui marque la volonté des acteurs publics s’occupant des industriels de nous aider à créer des liens avec ce monde-là », observe Constance Maréchal-Dereu. Reste à trouver la manière la plus efficace d’agir et de travailler ensemble : « Nous l’avions évoqué dans notre livre blanc : il faut que nous créions plus de liens avec les chargeurs pour travailler sur ces sujets-là. Cette réunion peut constituer le déclic qui va nous permettre d’avancer. Comme cela a été initié le 7 septembre, des réflexions à destination de la filière, transversales et génériques, sont nécessaires et il faut trouver le moyen de les faire perdurer » termine-t-elle.

 

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine