Accueil / Dossiers / Transversal / Bretagne : de la contrainte naît le dynamisme

Transversal

Bretagne : de la contrainte naît le dynamisme

28.04.2022 • 09h04
|
par Charlotte COUSIN
D_1

Cadiou Industrie

Située au bout du territoire français, loin des bassins de consommation, la Bretagne a su montrer son dynamisme et son esprit de cohésion. Terre d’agroalimentaire, son tissu économique recèle des acteurs fiers de leurs racines, qui ont fait de ses contraintes logistiques un creuset de vitalité et de réactivité.

Plus que sa façade littorale attractive, ou sa position de leader dans la production de choux-fleurs, la Bretagne jouit d’une aura indéfinissable, celle d’un lieu de culture et de traditions, doté d’un peuple attaché à ses origines. Première région agricole en France et agroalimentaire en Europe, cette terre de pêche et d’industrie prouve également son dynamisme côté supply chain. « Nous avons des matières premières, des produits transformés mais nous sommes loin des principaux lieux de consommation. Cela nous oblige à l’excellence logistique pour faire en sorte que le produit venu du fin fond du Finistère soit amené au bon endroit au bon moment et au meilleur prix », observe Éric Godefroy, ancien délégué régional chez AFT Transport Logistique Bretagne.

 

Et sur ce territoire comme ailleurs en France, plusieurs ruptures dans l’organisation des supply chains sont actées : l’omnicanalité, la raréfaction des hypermarchés au profit de grosses boutiques en centres-villes, la transition énergétique et la sensibilisation des consommateurs, comme l’explique Serge Rambault, président du cluster Bretagne Supply Chain et président du groupe Le Roy Logistique (spécialiste de l’organisation du transport routier et prestataire logistique). « Étant donné notre position dans l’agroalimentaire en Bretagne, toutes les entreprises seront très rapidement concernées par cette réorganisation. D’autant que jusqu’à présent, dans la région, les acteurs s’appuyaient majoritairement sur une logistique en flux tendus, le “juste à temps”. Tout le monde a désormais pris conscience que la supply chain était un élément moteur dans la survie d’une entreprise, la pandémie ayant mis en lumière la désorganisation des entreprises dans ce domaine ».

 

Des acteurs attachés au territoire

Malgré les difficultés, et peut-être même à cause d’elles, la région sait être une zone logistique où dynamisme et collaboration soudent les acteurs industriels, chargeurs et prestataires, pour la plupart installés historiquement sur ces terres. En témoigne C-Log, filiale logistique du groupe Beaumanoir, dont le siège ainsi que deux de ses entrepôts se situent à Pleudihen-sur-Rance, un troisième étant localisé à Saint-Malo. « Le fondateur, Roland Beaumanoir, défend son territoire. Il aurait pu délocaliser 20 fois les sièges de ses sociétés de mode à Paris, où il aurait eu beaucoup plus de facilité à trouver des personnes dans le marketing et dans les achats, mais il a voulu rester ici, ouvrir un entrepôt et créer de l’emploi à Saint-Malo », décrit Bertrand Chabrier, directeur du développement de l’entreprise. En témoigne également le groupe Rocher, installé historiquement sur le territoire depuis 1959 : « Monsieur Rocher habitait à la Gacilly. Désireux de bâtir une entreprise dont le fondement serait “une beauté naturelle accessible à toutes” mais aussi pour se battre contre l’exode rural qui faisait rage à l’époque, il avait fait un petit discours dans les années 60 en disant “La Gacilly sera prospère, j’en fais le serment”. Et de fait, on voit bien que c’est le cas 60 ans plus tard ! », raconte Yann de Feraudy, directeur général adjoint aux opérations et IT du Groupe Rocher. La commune compte la plus grande usine du groupe, trois entrepôts majeurs, tandis que deux usines ont été établies à Ploërmel et à Rieux, toujours dans le Morbihan. Le spécialiste du transport routier de marchandises et de la logistique, Lahaye Global Logistics, se situe dans la même veine : « Avec notre siège à Vern-sur-Seiche basé en Bretagne, nous sommes bien ancrés sur le territoire, témoigne Patrick Lahaye, président du groupe. Nous sommes plutôt satisfaits d’être implantés ici car lors des recrutements, venir habiter dans la région apporte quelques avantages de proximité avec la mer au nord et au sud de la Bretagne. Même si nous pouvons avoir des développements plus importants dans certaines régions, nos axes principaux reviennent très souvent en Bretagne, que ce soit depuis les agences de Lille, de Lyon ou encore de Bordeaux ». Chez Cadiou Industrie, fabricant de portails, clôtures et garde-corps, le site internet annonce d’emblée l’histoire « made in Locronan ». Créée par Ronan Cadiou en 1973, les rênes de l’entreprise sont ensuite transmises en 2007 à sa fille et à ses gendres : « Nous sommes situés dans une petite cité médiévale d’un peu plus de 800 habitants et Cadiou Industrie compte 700 salariés. Tous sont très attachés à cette région. Nous avons beaucoup développé la marque employeur mais nous avons la chance aujourd’hui d’avoir des salariés très fidèles. Nous faisons tout pour qu’ils se plaisent ici », témoigne Sylvia Grados, sa responsable grands comptes, ADV et coordinatrice supply chain.

 

Une capacité à travailler en réseau

Ce dynamisme et cette capacité à se réinventer, la région le doit en partie à son emplacement géographique. Au bout de l’Europe et des grandes zones de consommation, elle doit faire avec sa nature péninsulaire. « On ne va que dans un sens, on est loin de tout, il faut donc forcément optimiser et avoir des camions pleins pour éviter le gaspillage. Désireux de rester ancrés en Bretagne, nous savons nous organiser pour que cet éloignement ne devienne pas un handicap », observe Serge Rambault. Face à ce caractère excentré et à l’augmentation des coûts de transport, le GIE des chargeurs Pointe de Bretagne a été créé en mars 2012 à l’initiative des entreprises du Sud Finistère, avec pour mission de concevoir, négocier et mettre en œuvre des solutions logistiques mutualisées pour les entreprises de Bretagne et de l’Ouest : « Nous subissons l’inconvénient d’un maillage autoroutier inexistant et d’une nationale pratiquement unique. Aller chercher des palettes au bout de la Bretagne coûte très cher en individuel. L’objectif, avec le GIE, était de pouvoir garder nos spécificités et notre maillage de petites et moyennes entreprises. Cela s’est fait dans un esprit complètement ouvert, amenant des chargeurs concurrents à mutualiser leur transport », commente Thierry Bailleux, responsable opérationnel du GIE. À l’image de ce groupement, il existe en Bretagne une incroyable capacité à travailler en réseau, juge Élodie Le Provost, déléguée régionale de Bretagne Supply Chain : « Les entreprises savent chasser en meute, se serrer les coudes quand les enjeux sont plus importants et possèdent cette appétence à collaborer pour demeurer une région industrielle ». Cette résilience, cette solidité et ce sérieux des entreprises bretonnes, C-Log a choisi de le mettre en avant lors de ses appels d’offres : « Notre ADN, notre expérience, notre caractère, notre fierté et le fait que les Bretons travaillent beaucoup entre eux, permettent, en temps de crise, de créer rapidement des connexions. Il s‘agit d’un peuple de marins et qui a toujours été excentré, la supply chain est donc déjà dans l’ADN des Bretons », termine Bertrand Chabrier.

 

 

> Retrouvez ici l'intégralité des articles du dossier Bretagne : de la contrainte nait le dynamisme.

 

 

Des évènements fédérateurs

Le cluster Bretagne Supply Chain (BSC), qui rassemble les entreprises de transport et de logistique, a su gagner les faveurs de l’écosystème supply chain de la région : « Les Bretons sont souvent amenés à réinventer leurs circuits logistiques et se montrent très solidaires. BSC en est un exemple formidable, nous nous visitons les uns les autres pour échanger sur de bonnes pratiques », juge Sylvia Grados, responsable grands comptes, ADV et coordinatrice supply chain de Cadiou Industrie. « Les fondateurs de BSC jugeaient que pour une Bretagne industrielle performante, il lui fallait des compétences fortes en supply chain. L’idée était d’aider les entreprises à garder les emplois industriels et logistiques en Bretagne en faisant dialoguer tous les maillons de la chaîne, au-delà de leurs intérêts individuels », décrit Élodie Le Provost, déléguée générale de BSC. Le salon Supply Chain Ouest, né en 2019, se veut également l’illustration de ce dynamisme. Sa troisième édition, qui se déroulera le 7 février 2023 au parc des expositions Quimper Cornouaille, mise sur des rendez-vous business personnalisés, du networking et des partages d’expériences.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine