Accueil / Décryptage / Emploi/RH / Les visages de la supply chain

Emploi/RH

Les visages de la supply chain

05.04.2018 • 09h15
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
D_1

Chombosan

Pour certains d’entre eux, la supply chain n’a pas toujours été une évidence. Il aura pourtant suffi d’une rencontre, d’un cours, d’une offre d’emploi ou d’un simple stage pour qu’ils la découvrent, l’appréhendent et qu’elle les séduise. Aujourd’hui, chacun à leur manière, selon leurs aspirations et leurs attentes, ils s’y épanouissent et y évoluent. Tel est le point commun de ces six personnalités aux désirs et parcours divers : leur attrait pour un domaine transverse, innovant, parfois complexe qui ne cesse de nourrir leur curiosité et leurs ambitions. Qu’elle soit internationale, sous contraintes ou opérationnelle, elle leur a permis de mener une carrière dans laquelle ils se sont révélés. Retour sur les itinéraires de ces professionnels de la supply chain.

1. Lilian Mortier : L’ascenseur opérationnel

D_2

En logistique, la valeur travail paie. Pour preuve, nombreux sont les acteurs du middle management à avoir démarré leur carrière comme opérateur puis gravi les échelons au fil des années. Parmi eux, Lilian Mortier, responsable de site chez KS Services.

Le travail bien fait finit toujours par payer, et pas seulement en termes financier. Lilian Mortier, 48 ans, en est la preuve. Aujourd’hui manager d’une équipe d’une trentaine de collaborateurs sur un site KS Services de la banlieue lyonnaise, c’est pourtant en tant que préparateur de commandes qu’il a débuté dans ce même entrepôt en 1992. Alors âgé de 22 ans, le jeune homme, diplômé d’un CAP/BEP secrétariat, ambitionne d’être magasinier cariste et ne s’attend certainement pas à mener la carrière qu’il vit aujourd’hui : « Je suis entré en tant qu’intérimaire. Si on m’avait dit il y a 25 ans que je serai ensuite devenu responsable, je n’y aurai jamais cru. » Et pourtant, rapidement, Lilian Mortier est embauché et sera, durant cinq ans, opérateur polyvalent. En 1997, lorsque le site est repris par KS Services, il devient magasinier cariste puis remplace son chef d’équipe, qui part à la retraite. Il apprend alors les rudiments du management, à sa manière, proche de ses équipes, à l’écoute et solidaire : « J’ai tout de suite rassuré mes collègues, ce n’était pas parce qu’on allait me donner un titre que j’allais changer. Nous avons travaillé en confiance et avec un très bel esprit, je n’ai eu aucun souci d’adaptation », se souvient-il.

 

Manager de proximité

Durant dix ans, Lilian Mortier installe sa patte en tant que chef d’équipe. Et les résultats sont là. À tel point qu’on lui propose ensuite une poste d’adjoint au responsable de site, une création de poste suite à l’obtention d’un nouveau contrat. Avec la confiance et le soutien de KS Services, il récupère la responsabilité des magasins d’expédition et de la partie conditionnement, passant de 5 à 12 personnes à manager et est alors muté de l’autre côté de l’usine. « Cela a été bien plus compliqué. J’ai vraiment compris ce que c’était d’arriver dans un endroit où tu n’es pas désiré. À leurs yeux, n’ayant jamais géré d’atelier de conditionnement, je n’étais pas légitime ». La pression est telle qu’un soir, veille de départ en congés d’été, l’un de ses collabo-rateurs lui lance : « À mon avis, tu ne seras plus là à la rentrée ».

 

Lilian le fera mentir. Il finit par gagner la confiance de son équipe et devient même un peu plus tard responsable de site. Encore plus de responsabilités et de pression. Pour y faire face, il s’appuie sur ses collaborateurs : « Quand on arrive à manager son équipe, on a presque tout réussi. Un bon manager n’est pas forcément quelqu’un qui a suivi des études dédiées, c’est aussi celui qui prend quelques minutes avec l’un de ses gars parce qu’il est mal. Même si, avec 30 personnes à manager, ce n’est pas toujours évident », assure-t-il. Mais le jeu en vaut la chandelle : le gamin, au caractère fédérateur, organisateur de tournois de foot, à qui ses parents n’avaient pas pu offrir de vacances, fait aujourd’hui profiter sa famille de son ascension professionnelle et sociale. À 48 ans, Lilian Mortier est même prêt, pourquoi pas, à quitter son site pour aller découvrir, toujours au service de KS Services, d’autres process et organisations…

BUZZ LOG
“L’omnicanalité pure, sans coutures, est un objectif que souhaitent développer la totalité des retailers mais qui reste une ambition parfois difficile à atteindre.”
— Adeline Ochs, Professeure affiliée à ESCP Europe
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine