Accueil / Actualités / Transversal / La RSE au coeur de la SITL 2022

Transversal

La RSE au coeur de la SITL 2022

17.03.2022 • 16h20
|
A_1

Laurence Gaborieau (RX) et Denis Choumert (AUTF)

Pour sa 39e édition, la SITL prend ses quartiers à Villepinte où elle attend plus de 500 exposants. Autour du fil rouge de la RSE, elle entend mettre en avant les initiatives et innovations du secteur autour de l'éco-responsabilité. Un sujet sur lequel étaient venus témoigner l'AUTF et France Supply Chain lors de la présentation à la presse du salon.

Un nouveau visage pour la SITL. Laurence Gaborieau a pris les commandes des divisions Transport et logistique, Tourisme et Sport chez RX, en faisant la nouvelle directrice de la semaine de l’innovation transport et logistique qui aura lieu entre le 5 et le 8 avril prochains. Une 39e édition qui ouvre dans un climat quelque peu malmené, touché de plein fouet par le conflit en Ukraine. « Nous sommes heureux de retrouver le hall 6 de Paris Nord Villepinte aux dates historiques de la SITL après l’annulation de l’édition 2020 due à la pandémie. Plus de 500 exposants ont répondu présents pour participer à ce nouveau millésime qui s’annonce riche en contenu avec 150 ateliers et conférences de programmés. Les 30 000 visiteurs attendus vont découvrir les dernières innovations du secteur toujours plus écoresponsables », indique-t-elle. Un évènement voulu hybride depuis la crise sanitaire avec un complément de l’expérience physique offert à travers la plateforme digitale MySITL, retranscrivant notamment les conférences en ligne de la salle Atrium et proposant des rendez-vous d’affaires en distanciel.


Espaces thématiques et temps forts

Les visiteurs en présentiel pourront eux évoluer autour de huit grands secteurs représentatifs de la logistique : Services, transport et logistique ; Intralogistique, robotique et automatisation ; Emballage, conditionnement et palette ; Technologies, IoT et systèmes d’information ; Energies et équipements de transport ; Immobilier et infrastructures logistiques ; Sécurité, sûreté et cyber ; Chaîne du froid. Le Showroom 360, construit en partenariat avec Timcod, adressera quant à lui, trois thématiques : L’entrepôt du futur, Drone Valley et Circuit Test. « Le Showroom 360 est une zone de démonstrations de solutions innovantes s’étendant sur 400 m² représentant toute la chaîne de valeur de l’entrepôt avec six thématiques : éco-responsable, automatisé, sécurisé, humain, connecté, performant. Il était important de montrer en direct l’efficacité des solutions logistiques présentées sur la SITL », commente Laurence Gaborieau. Cinq grands espaces occuperont d’autre part le salon : le Start Up Lab, le Village du fret ferroviaire, le Village des matières dangereuses, le Village immobilier Afilog et le Village association française du gaz naturel véhicule.

 

Le salon accueillera également le congrès de l’association professionnelle des chargeurs AUTF, ainsi que la convention France Boissons. Parmi les animations, il faudra bien sûr compter sur la traditionnelle remise des prix de l’innovation qui auront lieu le jeudi 7 avril à 16h10 dans la salle Atrium autour de quatre catégories (Services transport et logistique ; Intralogistique, robotique et automatisation ; Technologies, IoT & systèmes d’Information ; Emballage, conditionnement et palette) tandis que la finale du Start-up contest aura lieu le même jour dans le même lieu à 11h.  Autre temps fort, la conférence inaugurale autour du sujet : « Election présidentielle : quelles propositions des candidats pour des transports de marchandises et une logistique au service d’une France performante ? » qui devrait se faire en présence de certains d’entre eux ou leur représentants.

 

France Supply Chain et l'AUTF s'engagent pour la RSE

Pour cette édition, le fil rouge tournera autour de la RSE, « au cœur des stratégies des entreprises du Transport et de la Logistiquev. Ateliers et parcours de visites mais aussi conférences viendront illustrer cette thématiques. Parmi elles :  « E-Commerce & Emballage, Réussir le pari de l’écoresponsabilité » se tiendra le 5 avril à 13h45, « Mutualisation, tout le monde en parle, comment la faire ? », le même jour à 13h15, ou encore « Propre, efficace, sécurisé, ponctuel, le fluvial, l’avenir », le 8 avril à 11h15. « La supply chain étant l’ensemble des activités depuis le sourcing de matières ou de produits semi-finis jusqu’à leur livraison, voire leur recyclage, on s’aperçoit que cela représente 60 à 80 % de la structure de coût d’une entreprise. Si cela ne bouge pas, rien ne pourra changer valablement et les objectifs des Accords de Paris en matière de rejets carbonés ne vont jamais pouvoir être actés. Sur le sourcing, il faut que les critères de respect de l’environnement et de la personne soient vérifiés tout au long de la chaîne ; c’est une obligation pour les sociétés françaises et européennes au titre du devoir de vigilance », commente Yann de Feraudy, président de France Supply Chain. Sur le sujet, l'association a décidé de se doter d’un document de travail appelé « Manifeste pour une supply chain plus durable » venu recenser les problématiques et proposer des actions concrètes. France Supply Chain annonce également le déploiement de deux initiatives dans le domaine, l’une consistant à « favoriser un consortium de fabricants de camions à hydrogène ». Dans ce cadre, l’association entend proposer des couples chargeurs-transporteurs, visant à atteindre 150 binômes, soit le même nombre de commandes qui devraient être effectuées auprès des transporteurs.


Résilience, sobriété, éthique

Deuxième initiative, la création d’une co-association avec l’AUTF, baptisée LCMT (Low carbon maritim transport) dont l’objectif est de lancer un appel d’offres pour regrouper les flux de chargeurs en transport maritime utilisant la force vélique sur l’axe Europe-Amérique du Nord. « Nous avons prévu une coalition de 10 chargeurs permettant d’atteindre des besoins suffisants pour mettre en place un service hebdomadaire qui  offrirait, avec le même transit time que les porte-conteneurs, d’effacer 70% de l’énergie thermique en la remplaçant par l’énergie du vent », détaille Denis Choumert, président de l’AUTF. L’objectif ? Construire 12 bateaux d’ici 2025 pour un investissement de 40 millions d’euros chacun. « Si les taux de l’énergie se maintiennent à un niveau élevé, il est clair que la propulsion vélique sera plus que compétitive par rapport à la propulsion thermique », commente-t-il. L’AUTF souhaite d’autre part profiter de son congrès sur la SITL pour lancer une série d’actions permettant à la fois d’interpeller les pouvoirs publics mais aussi de donner des conseils aux entreprises, et proposer des solutions ainsi que des projets dans le domaine de la RSE. Un acronyme que l’AUTF reprend à son compte sous le sens « résilience, sobriété, éthique ». Dans le domaine, engagée dans le dispositif Fret21, avec 150 entreprises déjà concernées, l’association de chargeurs en attend encore une centaine d’autres d’ici à la fin de l’année prochaine.

 

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine