Accueil / Dossiers / Transversal / RSE : Faire le choix du sociétal

Transversal

RSE : Faire le choix du sociétal

21.06.2018 • 09h12
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
D_2

3. Trois questions à Alain Verna, Président de Logistique Seine-Normandie

Il y a près de trois ans, Logistique Seine-Normandie et le Club Logistique du Havre initiaient un projet innovant : la création d’un label 6PL destiné aux prestataires logistiques et industriels normands pour améliorer leurs performances en logistique durable.

Qu’est-ce que le label 6PL et comment fonctionne-t-il ?

Le projet est né en 2015 dans l’esprit du Club Logistique du Havre, membre de notre réseau. Il a d’abord été développé au niveau de la région Normandie avec l’idée de pouvoir embrasser à terme le périmètre de l’axe Seine-Normandie et de la région Île-de-France. Concrètement, il s’agit d’un site web sur lequel les entreprises peuvent s’autoévaluer sur cinq thématiques : la gouvernance de l’entreprise, sa performance économique, sa responsabilité environnementale, sa responsabilité sociétale et enfin son empreinte carbone et sa performance énergétique. Dans chacun des cinq thèmes, figurent dix critères permettant d’évaluer l’entreprise sur une cotation de 50 points. Nous lui demandons ensuite de s’engager dans un plan de progrès sur trois ans. C’est d’ailleurs l’implication de l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise dans une démarche d’amélioration pour augmenter cette cotation qui constitue le critère principal dans l’attribution du label au fil des trois ans. Chaque année, l’octroi du label initial et son renouvellement sont validés par une commission de labellisation.  

 

De quelle façon êtes-vous parvenus à le déployer ?

Une fois la phase de conception achevée, nous avons lancé un projet pilote auprès de trois entreprises : une PME, une TPE et la filiale d’un grand groupe. Cela nous a permis d’ajuster l’outil et de faire en sorte de l’appliquer à tous types d’entreprises logistiques. Une fois cette étape validée, une douzaine ont ensuite été labellisées en Normandie, puis nous avons poursuivi le projet jusqu’en Île-de-France. Dans les deux ans et demi qui viennent, nous envisageons la labellisation d’une trentaine d’entreprises sur le périmètre Normandie et Île-de- France dans le cadre d’un appel à projet Ademe et en partenariat avec l’Aslog. Enfin, à l’avenir, nous préconisons la mise à disposition du label à d’autres clusters logistiques régionaux.

 

Quel accueil avez-vous reçu de la part des entreprises du secteur ?

Un excellent accueil ! Toutes les entreprises, les petites comme les grandes, ont considéré la démarche comme structurante. Pour certains, elle a même eu valeur de formation. Au départ, les PME et TPE en logistique n’ont pas forcément une vision très claire de ce qu’est un référentiel RSE. Le label leur a permis de se sensibiliser à ce que sera le contenu du référentiel et à l’intérêt de la démarche, à la fois par rapport aux exigences de leurs donneurs d’ordres mais aussi sur ses incidences économiques. Nous insistons également sur la nécessité de mettre en place une gouvernance d’entreprise, impliquant engagement stratégique et démarche de progrès ; une pratique courante dans l’industrie mais pas encore inscrite dans le quotidien de toutes les entreprises logistiques.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine