Accueil / Dossiers / Transversal / RSE : Faire le choix du sociétal

Transversal

RSE : Faire le choix du sociétal

21.06.2018 • 09h12
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
D_2

5. FM Logistic : Concrétiser l'esprit du développement durable

Fin juin, le prestataire international FM Logistic dévoilera son nouveau programme de développement durable. L’arrivée de Charlotte Migne au poste de directrice du développement durable s’inscrit dans la suite logique des engagements pris par le groupe ces dernières années.

Septembre 2017, Charlotte Migne fait ses premiers pas au sein du groupe familial spécialisé dans la supply chain FM Logistic sur une création de poste. Nommée directrice du développement durable, elle est en charge de définir et de renforcer la démarche RSE du groupe. Une mission complexe à laquelle cette ancienne de Capgemini, Edenred et Accor Hotels répond avec méthode. Premier chantier : définir les orientations stratégiques du groupe, en lien avec sa vision “créer les solutions pour une supply chain durable au service d’une meilleure qualité de vie”. « L’idée était de faire un état des lieux des réalisations depuis la mise en place du premier plan de développement durable en 2014 et de proposer un programme renouvelé à la mesure de la volonté du top management », raconte Charlotte Migne. En parallèle, elle participe avec d’autres collaborateurs du groupe aux entretiens menés dans le cadre de l’élaboration d’un référentiel RSE en logistique initiée par le ministère de l’Économie. Elle s’inspire alors de cette méthodologie pour travailler sur la nouvelle politique développement durable de FM Logistic : « Nous sommes partis sur une méthode collective et avons réalisé une soixantaine d’interviews en interne et à l’externe. Cela nous a permis d’identifier les 10 sujets prioritaires de la matérialité RSE du groupe. En parallèle, nous avons monté un groupe de travail avec les représentants de toutes les grandes géographies et activités du groupe. Au travers de cette méthode, nous souhaitions ancrer dès le départ l’idée que le développement durable est porté par les opérationnels », affirme-t-elle.

 

Quatre enjeux…

Se sont alors associées au projet l’ensemble des parties prenantes identifiées par le groupe, en interne : les salariés, le top management et bien évidemment les familles Faure et Machet ainsi que le board de l’entreprise. « FM Logistic est un groupe familial avec l’enjeu de la pérennité chevillé au coeur de son business model. Je me suis appuyée sur leur vision pour véritablement faire du développement durable le prolongement de l’ADN de l’entreprise », détaille Charlotte Migne. En externe, les clients ont été appelés à prioriser les sujets de matérialité qu’ils voyaient pour le groupe, puis des étudiants (de l’Aftral ou de l’ESCP), associations professionnelles et fournisseurs se sont pliés à l’exercice des questions/réponses. De cet enchaînement de rencontres et d’entretiens est ressortie une série de quatre enjeux RSE spécifiques à la logistique chez FM Logistic. Le plus important est le volet social, « celui que l’on porte en premier car les Hommes sont notre première richesse », précise Charlotte Migne. FM Logistic s’est ainsi concentré sur la formation et l’employabilité, travaillant sur des opportunités d’intégration et d’insertion professionnelle. Ensuite, sur l’environnement et l’impact des activités logistiques, le groupe réfléchit à la construction de ses plateformes, la consommation des ressources, la gestion des déchets ainsi qu’au transport, « principal impact carbone de l’entreprise. Il représente environ deux tiers de notre empreinte carbone et est une source de pollution locale que nous voulons diminuer dans nos activités de logistique urbaine », précise la directrice développement durable.

 

Troisième sujet, la gouvernance et l’éthique, « un enjeu auquel toutes les entreprises sont confrontées notamment du fait de l’évolution réglementaire. Des lois comme le devoir de vigilance, Sapin 2… incitent les entreprises à avoir un plus grand souci de la maîtrise de la chaîne de valeurs de leurs fournisseurs. Nous sommes impactés à double titre puisque nous avons des fournisseurs et nous le sommes nous-mêmes », explique Charlotte Migne. Enfin, le groupe envisage de proposer des offres adaptées à ses clients tant sur la logistique urbaine que sur le stockage/entreposage/ co-packing : « Ces derniers mois, nous constatons un très fort souci du secteur de se professionnaliser sur ces thématiques. Nous sommes désormais dans une phase de structuration beaucoup plus forte », analyse-t-elle.

 

…au service de grandes ambitions

Ces quatre enjeux seront relevés pour servir logiquement trois ambitions majeures du groupe : être reconnu comme un employeur de qualité dans tous les pays où il est présent ; améliorer l’empreinte environnementale de ses activités ainsi que l’élargissement de ses actions à son écosystème. Concrètement, sur sa première ambition, la direction du groupe lancera prochainement un plan de recensement d’évaluation des conditions de travail partout où il est présent. Il pourra ainsi mesurer des taux de satisfaction internes et poursuivre sa labélisation comme il l’a d’ores et déjà fait en recevant sur trois années consécutives le label Top Employer pour ses pratiques RH et managériales. Pour ce qui est de son empreinte environnementale, FM Logistic entend construire et exploiter des plateformes neutres en carbone d’ici 2030 et renforcer la performance écologique de ses activités de transport : « Cela passera par une recherche du type de carburation des véhicules, l’optimisation des flux et bien évidemment notre spécialité, le pooling. Nous allons travailler sur une approche bottom up, afin de faire émerger des objectifs pays pour consolider un objectif groupe », détaille Charlotte Migne. Enfin, pour sa dernière ambition, le logisticien envisage de proposer à ses clients un indicateur de pourcentage de son offre durable sur son chiffre d’affaires et partagera avec ses fournisseurs ses exigences et bonnes pratiques via des outils, une charte éthique et de nombreuses tables rondes. Elle renforcera les partenariats avec ses start-up dans le domaine de la supply chain durable dans le cadre de sa politique d’open innovation.

 

Conforter l’orientation du business model de l’entreprise

Toutes ces initiatives, structurées et officialisées, ne sont pourtant pas seulement liées à des contraintes réglementaires pour FM Logistic. En effet, comme l’explique sa directrice du développement durable, « nous sommes une entreprise non cotée et notre forme juridique fait que nous ne sommes soumis à aucun reporting réglementaire. Tout ce que l’on fait, nous le faisons car nous sommes dans une logique de développement durable, vertueuse vis-à-vis de nos clients, nos concurrents, nos fournisseurs… Et surtout parce que cette vision est portée par les fondateurs. Mon arrivée n’est que la matérialisation de cet esprit profond », souligne Charlotte Migne. Si les grandes lignes sont établies, reste désormais au groupe international, présent dans 14 pays, à effectuer le gros du travail en déroulant son plan au travers d’un socle commun à ses collaborateurs partout dans le monde. Le tout en y appliquant un principe de pragmatisme et de réalité en fonction des moyens de chacune de ses business units. « Notre rôle est de donner un sens, une direction et de faire en sorte par la suite que les collaborateurs soient acteurs du sujet », conclut-elle.

Trois illustrations de la politique de développement durable de FM Logistic

Conditions de travail sûres et équitables

FM Logistic réfléchit au travail sur l’ergonomie des postes de travail via l’acquisition de Noonee, un ergosquelette testé en entrepôt et par l’analyse par capture du mouvement, une démarche initiée en partenariat en France avec l’Université Technologique de Compiègne (60).

 

Pilotage de l'empreinte carbone

L’entreprise a mis en ligne sur son site un module digital présentant le détail de l’empreinte carbone d’une plateforme logistique, ainsi que les solutions mises en place pour la réduire.

 

Logistique urbaine durable

Enfin, elle développe son offre Citylogin qui permet la mutualisation des moyens logistiques et de transport du dernier kilomètre. Cette dernière est effective à Paris, Madrid et Rome, mais aussi à Moscou, Milan, Varsovie et Strasbourg.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine