Accueil / Actualités / Prestataires / FM Logistic dévoile son nouveau plan stratégique, entre durabilité et omnicanalité

Prestataires

FM Logistic dévoile son nouveau plan stratégique, entre durabilité et omnicanalité

01.12.2021 • 09h15
|
A_1

Voxlog | Yannick Buisson, Charlotte Migne, Jean-Christophe Machet

Le prestataire logistique présentait le 30 novembre 2021 son nouveau plan stratégique Powering 2030. En se focalisant sur l’omnicanalité et le développement durable, FM Logistic souhaite doubler son chiffre d’affaires d’ici neuf ans.

La supply chain change, ses prestataires aussi. Le 30 novembre 2021, le groupe logistique FM Logistic présentait les détails de son nouveau plan stratégique, intitulé Powering 2030, à l’occasion d’une conférence de presse. Un plan qui « s’inscrit dans un contexte de transformation rapide et profonde des modes de consommation », a expliqué Jean-Christophe Machet, président de FM Logistic, en préambule, insistant sur la dimension humaine et sociale du secteur. « Pour cela, nous travaillons depuis deux ans avec le Comex et nos équipes pour concevoir une supply chain omnicanale et durable, avec le consommateur à son cœur ». Il faut dire que les dix-huit derniers mois auront été le théâtre de nombreuses évolutions inattendues, allant dans le sens de flux plus résilients et agiles : « Cette crise a mis en avant le fait que la supply chain était un maillon essentiel. S’il n’y a pas eu de rupture dans le retail ou l’e-commerce, c’est grâce à notre travail avec nos clients pour repenser les chaînes d’approvisionnement. Parallèlement, on voit émerger la volonté d’une économie plus durable. Et cela passera par la conception, avec nos clients et collaborateurs, d’une supply chain au service d’une consommation plus responsable », note Jean-Christophe Machet. Dans ce contexte, le groupe souhaite donc multiplier les initiatives autour de cinq axes stratégiques : l’omnicanalité, la logistique urbaine, le développement durable, le transport et l’expérience client. Avec un objectif ambitieux : celui de doubler son chiffre d’affaires à l’horizon 2030 pour passer de 1,4 à 3 milliards d’euros. Une croissance que l’entreprise veut principalement organique.

 

Un contexte favorable

Si FM Logistic peut déployer ce plan aujourd’hui, c’est grâce à sa croissance actuelle forte (avec une hausse du chiffre d’affaires de 10 % au premier semestre fiscal d’avril-septembre 2021), essentiellement portée par la signature de nouveaux contrats : « Nous avons signé au cours du premier semestre 2021 autant de nouveau dossiers que sur tout l’exercice 2019, et 60 % de ceux-ci portent sur des sujets de BtoC et d’omnicanal », détaille Jean-Christophe Machet. Des développements majoritairement à l’étranger (60 % du chiffre d’affaires de l’entreprise), et pour 80 % dans le domaine des produits de grande consommation. « Nous collaborons avec des acteurs comme L’Oréal ou Séphora, qui travaillent l’omnicanalité, et dont nous pouvons être le bras armé pour déployer leur supply chain auprès des consommateurs ». Pour cela, le groupe s’appuie sur des moyens et des infrastructures propres, soit 170 plateformes logistiques dans le monde (4,2 millions de m²), dont 30 en France représentant 1,5 million de m². Des plateformes multiclients et multiservices, composées d’automatisation, de robotique mais aussi d’équipes : « Nous avons maintenu 27 000 collaborateurs pendant toute la période de la crise, et affichons, fin 2021, un total de 29 000 collaborateurs. Un chiffre qui va évoluer car nous avons 2 000 postes ouverts dont 400 en France. Il est donc de notre responsabilité de mettre en avant notre métier pour le rendre visible aux jeunes générations, afin de leur montrer que la supply chain est moderne, bouge, et met en place de l’innovation », explique Jean-Christophe Machet

 

L’actualité récente a été chargée pour FM Logistic. Mi-novembre, le prestataire a inauguré un entrepôt pour Maxi Zoo pour livrer 263 magasins et des particuliers. En Pologne, Yves Rocher a fait appel à l’entreprise pour ouvrir une plateforme logistique qui va servir la Pologne et la Hongrie, tandis que Bauhaus, acteur du bricolage, a lui renouvelé son contrat avec le prestataire pour la préparation et la livraison des commandes vers les particuliers en Allemagne et en Autriche. Des activités qui nécessitent de l’innovation. « Un des enjeux du e-commerce, c’est l’emballage. Nous utilisons une solution de fabrication avec Packsize afin d’entourer les produits de la quantité juste de carton pour chaque commande. Et sur une autre activité, nous installons des machines qui mesurent et réduisent le packaging pour que le volume transporté soit le plus proche du volume des produits. Nous avons aussi investi sur des solutions d’automatisation en goods-to-person, en travaillant par exemple avec Geek+, sur des systèmes d’armoire, mais aussi avec des AGV pour faire bouger les marchandises dans nos entrepôts », raconte Yannick Buisson, directeur général pour l’Europe de l’Ouest de FM Logistic ayant récemment pris la responsabilité de la zone Europe centrale.

 

Des formats nouveaux pour la livraison urbaine

Mais le futur de la supply chain n’est pas que dans les sites XXL, il vient aussi se dessiner près des villes. Et sur le sujet de la logistique urbaine, dans un contexte de restrictions aux abords des métropoles, le prestataire préfère être force de proposition. « Il faut inventer de nouveaux centres à proximité des consommateurs, s'étendant sur 3 000 à 6 000 m², dans lesquels on va retrouver des activités de logistique, de stockage, de préparation de commandes et de consolidation. Nous avons des sites à Ivry-sur-Seine, à Gennevilliers, ou prochainement à Nantes dans ce sens », explique Yannick Buisson. Autre concept, celui des City Corners, micro-hubs urbains, dont un premier exemple vient d’être inauguré dans le centre commercial de Vélizy 2. Partenariat entre FM Logistic et Westfield, il s’agit d’un point de retrait automatisé, accessible aux grandes enseignes et petits commerces, pour le retrait de produits alimentaires ou de colis, ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. « Nous ouvrirons un second exemple de station de collecte du même type dans le 15e arrondissement de Paris au premier trimestre 2022, pour amener le concept en centre-ville », dévoile Yannick Buisson. Enfin, FM Logistic s’attaque aux nouveaux modes de livraison. Ainsi, à Madrid, avec sa filiale CityLogin, c’est un mini-centre de distribution de 200 m² qui a trouvé sa place sous la Plaza Mayor, et d'où partent des triporteurs électriques Scoobic. « Ce type d’initiatives va se développer sur des espaces urbains sous-utilisés tels que des parkings, pour des installations éphémères ou pas. Le hub de Madrid est un test qui sera amené à être dupliqué. Nous voulons faire partie de ceux qui inventerons ces nouvelles solutions logistiques ».

 

Un focus sur le développement durable

Autre point clé du plan stratégique de FM Logistic, celui du développement durable, porté dans le groupe par Charlotte Migne, directrice de ce segment. Un sujet qui débute dans l’entrepôt avec le bien-être au travail. La société a conçu et breveté en 2019 un ergosquelette, avec l’université technologique de Compiègne et la start-up Hublex, l’Ergoskale. Celui-ci permet de réduire de 70 % les douleurs sur le dos et les muscles supérieurs du corps lors des déplacements. « Nous le testons depuis plusieurs mois et avons signé un contrat avec Hublex pour le commercialiser et le produire en série sur le territoire français à partir de début 2022. L’idée est d’en avoir une cinquantaine pour nos équipes au premier trimestre, et 600 d’ici la fin 2023. Ensuite, nous pourrons aussi le commercialiser, afin que tout l’écosystème logistique puisse en profiter », explique Charlotte Migne. Côté environnement, le travail sur la neutralité carbone des plateformes de l’entreprise, prévue pour 2030, se poursuit. « Notre atout, c’est que nos millions de mètres carrés de bâtiment nous permettent d’imaginer d’être producteurs d’énergie. Une quinzaine de sites sont déjà équipes de panneaux solaires, et nous avons des projets de biomasse et de géothermie ». Avec ces énergies, FM Logistic veut ainsi produire de l’hydrogène, qui pourra être utilisé pour des usages logistiques (les chariots élévateurs), mais aussi s’ouvrir à un écosystème pour large : transports publics des villes, ou les véhicules PL quand ils seront disponibles massivement sur le marché. « En France, nous avons signé un partenariat avec Bouygues Énergies et Services, pour construire une station dans le Loiret. C’est un investissement de 10 millions d’euros. Dans l’immédiat, nous avons également une station à côté de Madrid qui va produire 45 kg d’hydrogène par semaine (pour nos chariots principalement et nos véhicules utilitaires de distribution) et sera inaugurée en début d’année ». Dernier chantier pour FM Logistic, celui de la consommation responsable, et particulièrement celui du vrac, devenu crucial avec la loi Climat et Résilience, qui prévoit l’obligation de 20 % de surface de vrac pour les points de vente de 400 m². « Depuis le début de l’année, nous travaillons avec Franprix et une douzaine de marques sur la distribution du vrac dans quatre supermarchés en Ile-de-France. Et cette collaboration va s’étendre à de nouveaux magasins sur le territoire dans les prochains mois. D’autres enseignes discutent également avec nous sur ce type de projets », précise Charlotte Migne.

 

La dimension environnementale passera également par l’optimisation du transport, qui représente 70 % de l’impact du groupe. Pour cela, le prestataire souhaite s’appuyer sur des outils informatiques afin de faciliter l’optimisation, en combinant les datas de ses clients. « Le transport représente 36 % de notre activité, et son poids va augmenter, car la logistique omnicanale en demande de plus en plus. Nous essayons de voir commencer accentuer les flux par rail et le fluvial, et nous avons un projet de bâtiment en bordure d’un canal pour la livraison par barge », explique Jean-Christophe Machet. « Pour réduire l’empreinte carbone, le sujet porte évidemment sur les énergies alternatives, mais aussi sur le design des supply chains et la mutualisation de bout en bout, avec l'intérêt du pooling. Il faut donc travailler ces deux sujets parallèlement », souligne Charlotte Migne.

 

E_1
Nicolas Chéné nommé directeur transport de FM Logistic

À l'occasion de sa conférence de presse, FM Logistic a également évoqué des évolutions dans ses équipes. Avec en tête la nomination de Nicolas Chéné à la tête du département transport, au poste de directeur business solutions transport groupe. Il aura pour mission la coordination stratégique, opérationnelle et commerciale des équipes transport internationales. Avec des sujets clés comme la digitalisation des processus transport, la poursuite de l’harmonisation internationale de l’offre et le développement de services durables.

 

Avant FM Logistic, Nicolas Chéné a travaillé pour le réseau de transport international de Rudolph Logistik Gruppe, ainsi que pour des entreprises comme Ziegler, L.W. Cretschmar et Heppener. Dernièrement, il était en poste chez DHL Freight en Allemagne, de 2016 à 2020, à la tête des activités de transport direct.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine